Bienfaits et recette d’un chaï maison

épices pour chaï

En cette période où les basses températures et le manque de soleil peuvent affaiblir notre corps et peser sur notre moral, voilà de quoi nous réchauffer ! En effet, les épices du chaï réchauffent l’organisme, stimulent la digestion et renforce l’immunité. Cette boisson a également une action anti-oxydante, anti-inflammatoire. Elle aide à lutter contre la dépression, l’anxiété et aide à réguler la glycémie.

Selon ce que nous souhaitons nous apporter, nous pouvons choisir d’ajouter à ce mélange d’épices du lait et/ou du sucre ou du miel. Disons que par moment ce breuvage peut tout bonnement remplacer un chocolat chaud ou alors venir soutenir notre corps. Pour rendre cette boisson totalement ayurvédique, nous ôterons le thé noir, le lait et le sucre. A nous de décider de quelle manière nous voulons profiter de cet instant qui sera gourmand dans tous les cas!

Bon à savoir : une préparation de chaï peut se laisser au frigo et se conserver plusieurs semaines dans un bocal en verre. Rajouter lait et sucre en le réchauffant.

En ce qui concerne le lait, si vous en utilisez, mettez l’équivalent d’1/3 de votre volume d’eau. Vous ferez cuire les épices directement dans ce mélange eau/lait en cas de consommation immédiate. Vous pouvez utiliser du lait d’amande ou d’avoine. Si possible utiliser de l’eau filtrée et du sucanat ou du miel en agent sucrant.

  • Ingrédients pour 2L d’eau : 3/4 d’une tasse de gingembre frais ou 4 c à café de poudre, 1 petite tasse de thé noir, 7 c à café de cardamone écrasée ou en poudre, 2 c à soupe de poivre noir écrasé, 6 à 8 bâtons de cannelle, 1 c à café de cannelle poudre, 1/2 c à café de poudre de clou de girofle ou 4 clous de girofles écrasés, 2 pincées de noix de muscade, 2 pincées de cumin en graines ou en poudre, 2 gousses de vanille
  • Mode de préparation : Faire bouillir les liquides avec le gingembre, la cannelle et les clous de girofle pendant 15 min. Ajouter les autres épices sauf le thé et la vanille et porter de nouveau à ébullition pendant 5 min. Ajouter le thé noir et la vanille et faire cuire pendant encore 2 min. Filtrer, sucrer, c’est prêt !

 

Namasté ! Clélia (fin décembre 2016)

 

Bientôt le Printemps !!

La nature s’éveille, les oiseaux chantent et les violettes fleurissent! Sans être préparé, il est difficile de passer à côté des rhumes et autres petits maux de la famille des refroidissements dus au changement de saison ! En effet, actuellement le bon vieux Kapha accumulé pendant l’hiver se liquéfie car les températures augmentent et il profite de toutes les toxines présentes dans notre corps pour nous affaiblir ! Que faire ? Il va falloir réduire les aliments type kapha, booster agni (feu digestif), en un mot se détoxifier ! Pour tous, une cure détox de 3 à 7 jours est indiquée.

Il est grand temps d’arrêter les raclettes tartiflettes et autres plats « goûteux » mais forts coûteux pour notre organisme ! D’une manière générale en cette période les fromages à pâte dure, les laitages, les crudités, viande (je rappelle que les charcuteries sont des viandes!) et poisson, les sucres blancs, l’alcool, le café, seront particulièrement à éviter. Les aliments devront être cuits, chauds, légers et facilement digestibles. Les soupes sont encore de saison ! En particulier le soir. Je ne saurai que conseiller le kitchari ! Il s’agit d’une association de riz et de mung dhal mais à défaut, vous pourrez utiliser les lentilles corail. Ce plat est sattvique. Il est très digeste, nourrissant tout en étant léger. Il s’agit non seulement d’un très bon allier mais aussi d’un plat qui équilibre les 3 doshas. Avant de vous en donner la recette je vous rappelle que le riz se rince 3 à 5 fois et se fait tremper 20min avant cuisson (minimum). Qui fait le plus fait le mieux, mais qui fait un peu fait bien quand même ! En dehors de vos 3 ou 7 jours de détox, vous pouvez en consommer 1 à 2 fois par semaine pour reposer votre organisme.

Kitchari :

  • 1/3 de volume de mung dhal ou lentilles corail
  • 2/3 de volume de riz basmati (marche aussi avec le quinoa)
  • 1 cc de ghee ou d’huile de sésame ou autre selon votre type corporel
  • 2cm de gingembre fraîchement râpé ou haché.
  • 3 tasses d’eau.
  • Sel de roche pour équilibrer le goût.
  • Coriandre fraîche hachée (facultative)
  • ¼ cc de chaque  : graines de moutarde, graines de cumin, cumin en poudre, coriandre en poudre, curcuma. Une pincée d’asa-foetida.

Il s’agit de la recette de base, valable pour tous. A vous de vous l’approprier avec les épices qui vous conviennent de manière plus spécifique. Chauffer le ghee et les graines de moutarde et de cumin dans une grande casserole à feu moyen jusqu’à ce que les graines commencent à sauter. Ajouter les autres épices et cuire brièvement (attention de ne pas les brûler). Ajouter l’eau puis le riz, le dhal et le sel. Amener à ébullition puis couvrir et laisser mijoter à feu doux jusqu’à ce que le riz et le dhal soient onctueux, environ 30 minutes. Ajouter de l’eau si nécessaire en cours de cuisson. Le kitchari ne sera jamais trop onctueux.Garnissez avec la coriandre fraîche ou noix de coco râpée fraîche ou jus de citron…

Que boire avec tout ça ? La boisson de saison idéale pour le petit déjeuner sera : eau chaude + citron + miel (le rajouter quand la tisane est légèrement refroidie, ne pas le faire cuire/chauffer). 15 minutes maximum avant les autres repas nous pouvons boire de l’eau chaude avec du gingembre frais. Tout au long de la journée les types vata et kapha peuvent prendre des boissons chaude avec de l’eau et du gingembre. En cas de doute ne pas hésiter à boire uniquement de l’eau chaude qui aidera à drainer les toxines.

15 minutes après les repas vous pouvez prendre 1cc de mélange anti-toxines composé de : 20g de menthe, 20g de fenouil, 10g de cumin, 10g de coriandre et 10g de gingembre. Le tout en poudre.

Et puis bien sûr, selon votre type vous pouvez faire une cure de pissenlit, radis noir, artichaut, jus de bouleau… De même en ce qui concerne les épices, vous utiliserez plus de clou de girofle, cannelle, gingembre, fenouil, cumin, coriandre, menthe, les possibilités ne manquent pas !

Évidemment, personne n’oubliera sa routine matinale quotidienne avec entre autre les massages et cette règle alimentaire primordiale chaque jour de l’année : prendre un petit-déjeuner de prince, un déjeuner de roi et un dîner de pauvre.

Aérez vous, marchez, jardinez, chantez comme les oiseaux que sais-je, mais surtout vibrez au rythme des saisons !

Je vous souhaite à tous un bon éveil et un très bon nettoyage !

« Fais du bien à ton corps pour que ton âme ait envie d’y rester ». Proverbe Amérindien.

Clélia. (mars 2017)

 

« LA SANTÉ SE MESURE A L’AMOUR DU MATIN ET DU PRINTEMPS » (Henri David Thoreau )

jardin-de-ville-fleurs-champs-decor

Cette fois nous y sommes, le soleil brille, les fleurs s’épanouissent, le chant des oiseaux se fait plus clair, le vent et les cœurs se réchauffent en deux mots : BONJOUR PRINTEMPS ! Les saisons s’enchaînent, certains éléments meurent pour mieux renaître et il en est de même pour nous, pour nos cellules. Notre corps suit ce rythme naturel, ou plutôt il devrait le suivre. En multipliant les avancées technologiques et autres recherches sans prise avec notre nature profonde, l’Homme s’est perdu. Il consomme à tord et à travers en toute saison et se trouve toujours de nombreux prétextes pour ne pas être dans la conscience de ses vrais et simples besoins quotidiens. Pour se « faciliter la vie », se faire plaisir et/ou pour toute autre bonne raison, l’Homme se donne le droit de piétiner cette Terre Mère et fait un très mauvais usage des fruits qu’elle lui apporte. Ainsi il malmène sa Terre et son corps. Alors que les textes de lois ne cessent de se rallonger cet Homme oublie chaque jour un peu plus que la première loi qu’il doit suivre est celle de l’Univers et donc celle de la nature. L’industrie agro-alimentaire, les pesticides, les drogues (légales ou non), la pollution, le stress et toutes les autres réjouissances liées à notre mode de vie et à notre système de consommation actuelle entraînent des déséquilibres multiples qui impactent directement notre système immunitaire. Qui dit système immunitaire affaibli, dit maladie. Un monde malade = des corps malades… Je ne vais pas lister toutes les maladies qui ont de près ou de loin un lien avec tout cela, ce serai bien trop long et ce blog ne contient pas suffisamment d’espace pour ! Mais la pathologie principale liée au printemps est …….. (suspens!) ou plutôt sont : LES ALLERGIES !!

 

A ce jour plus d’un français sur 3 souffre de problème en lien avec une ou des allergies. Il y a des allergies alimentaires ou environnementales qui n’ont pas de lien direct avec cette saison mais disons que les jolies petites fleurs et leur pollen, les arbres bourgeonnants, les yeux rougeâtres et le nez coulant des passants appellent à discuter de ce sujet dès à présent !

La moitié des allergies s’expriment par les voies respiratoires allant de la simple rhinite au choc anaphylactique. Les allergies et intolérances alimentaires sont en constante augmentation également. Certaines personnes au terrain fragilisé et sensible se retrouvent devant un vrai problème quotidien : que manger, comment respirer ? Car une allergie/intolérence est pénible à porter, mais lorsqu’on les additionne, cela devient difficile à supporter.

Il paraîtrait que la diversification alimentaire précoce chez les enfants favoriserait les allergies alimentaires. Chez les adolescents plus de la moitié des allergies est due aux protéines animales. Nous parlons également de facteur héréditaire mais attention de bien comprendre qu’hérédité ne rime pas à tous les coups avec fatalité, du moins pas en ayurveda ! Il s’agit de faire en fonction de son terrain et avec un terrain propice aux allergies, si vous rajoutez une pincée d’additifs alimentaire, une louche de pesticides, un brin de pollution choisie ou non (tabac, gaz, peintures,…) et que vous saupoudrez le tout d’antibiotiques (via les protéines animales par exemple) c’est le cocktail allergique assuré ! La même recette sur un terrain plus fort peut déclencher des allergies tardives ou beaucoup plus modérées qui passeront inaperçues parfois jusqu’à la fin mais qui sans nul doute auront maintenues un déséquilibre certain.

Alors je résume, j’ai parlé de terrain, de notre mode de vie et de consommation qui sont des vrais bombes à retardement… Mais je tiens à vous dire qu’il y a des solutions ! Un mode de consommation conscient et juste (sans SURconsommation), que ce soit au niveau de l’eau, de l’électricité, de nos modes de déplacement, de notre alimentation peut stabiliser ce déséquilibre tout en soignant la Planète. Mais bien évidemment, cela ne suffira pas à dire au-revoir aux allergies.

En effet il va être essentiel de détoxifier le corps des toxines accumulées. En ayurveda, les toxines sont appelées AMA. En renforçant l’immunité et en permettant l’évacuation de ces toxines, les réactions allergiques vont pouvoir être diminuées puis évitées. La digestion a donc un rôle plus qu’essentiel, mais avant cette étape l’alimentation adaptée à chacun est primordiale. En ayurveda nous parlons des 3 doshas ou énergies physiques qui sont vata, pitta et kapha. Ces énergies nous constituent tous autant que nous sommes. Elles sont présentes en nous dans des proportions propres à chacun. Se connaître, c’est savoir quelles énergies sont majoritaires chez nous dans le but de pouvoir se nourrir au sens large et au quotidien, de ce qui nous est approprié. Cela dans le but de ne pas créer encore plus d’ama car chaque chose non digérée correctement parce que trop lourd ou non approprié entraîne la formation d’ama. Ici, Ama + Allergène = Réaction Allergique ! Suivant le type de réaction allergique, nous pouvons savoir où ama est venu se loger. Les soins corporels ciblés vont pouvoir aider à la bonne évacuation et bien sûr, le panchakarma sera la star de l’éradication d’ama.

Le problème de fond n’est pas l’allergène mais bien le système d’assimilation et d’élimination. Cela n’empêche pas le fait que dans un premier temps l’évitement est vivement conseillé. Le système immunitaire est atteint dans ce processus et c’est ainsi que le corps perd sa capacité d’adaptation et se déséquilibre en cas de changements, ce qui arrive perpétuellement avec les saisons qui vont et viennent. Au printemps les pollens pullulent mais les changements de climat chaud/froid ou sec/humide sont tout aussi déstabilisants. Et c’est à ce moment là, dans cet état de déséquilibre, que les allergies font leur apparition.

La détoxification est à faire par tous, à tous les changements de saison, mais pour les « allergiques », quel que soit l’allergène, cela est encore plus important. La fin de l’hiver et la fin de l’été sont des périodes charnières où notre corps doit se préparer au printemps et à l’automne. L’ayurveda considère ces périodes charnières comme des saisons à part entière, il y a donc 6 saisons.

 

Alors comment faire pour évacuer ama quand on ne peut pas faire un panchakarma ? Et bien dans un premier temps il faut éviter les aliments indigestes et comprendre que ce qui l’est pour nous peut ne pas l’être pour une autre personne. Il est important d’être dans la conscience de sa digestion pour identifier ce qui nous convient ou non. A côté de ça, certains aliments comme les protéines animales (viandes, laitages : glaces, fromages à pâte dure, yahourt), les sucres (surtout blancs donc très raffinés), les plats et boissons froides, les desserts lourds, les aliments gras ou frits, les conserves et tout ce qui contient des conservateurs et produits chimiques sont numéro 1 dans le processus de création d’ama. Les tomates, pommes de terre, aubergines, bananes, vinaigre et poivrons bouchent les canaux et créent des toxines, ils seront donc à éviter également. Attention car l’éviction des allergènes ne suffit pas non plus, contrairement à ce que peuvent nous faire croire les rayons spécifiques mis en place dans les grandes surfaces ! A la place il faut manger léger, des aliments cuits et légèrement épicés selon ce qui est approprié à chacun (épices ne veut pas forcément dire piment pour rappel !). Côté épices, le curcuma est assez miraculeux. Je ne ferai pas la liste de ses bienfaits, mais je souligne le fait que c’est un très très très puissant anti-allergène. Vous pouvez faire une cure de gélules en complément alimentaire puis l’incorporer à votre nourriture frais ou en poudre. Le poivre noir sera très intéressant pour nettoyer les canaux (shrotas) et améliorer la bonne disponibilité des nutriments.Les fruits et les légumes seront de saison accompagnés de soupe de dhal (lentilles) et/ou céréales. Les légumes verts sont nos amis, faisons leur une place d’honneur à nos tables ! Dans l’idéal, les aliments sont cuits vapeurs mais additionnés de l’huile correspondant à votre constitution ou de ghee (beurre clarifié) dans chaque assiette.

En ayurveda nous parlons des 6 goûts qui sont le sucré, le salé, l’acide, le piquant, l’amer et l’astringent. En cette période, les saveurs amer, piquantes et astringentes sont à favoriser. Le piège à éviter pour les constitutions vata sera de se jeter sur les crudités et pour les pitta de trop réchauffer leur plats à coups de gingembre et/ou poivre noir (en faire usage en plus petite quantité). Pour les kapha, le piège sera pour l’automne où il faudra limiter les aliments doux.

Le repas principal sera celui de midi, lorsque le feu digestif (agni) est à son maximum. La régularité sera bénéfique, être assis, calme et attentif à son repas facilite la digestion.

L’eau chaude dissout ama et se boit tout au long de la journée. Ceux qui le peuvent rajouterons du citron.

Il est évident que tous ces conseils s’ajoutent à la routine quotidienne ayurvédique (dinacharia que je ne manquerai pas de détailler bientôt !) qui comprend un coucher tôt afin d’avoir un repos correct ce qui maintient le système immunitaire en équilibre.

La méditation et les exercices de respiration (pranayama) faciliteront également la détoxification physique et psychique. Certaines études commencent à démontrer que les pratiques méditatives influencent la sensibilité aux allergènes… AH !!! la méditation et ses vertues mystérieuses ! Si nous en faisions tous l’expérience au quotidien cela nous éclairerait peut-être…

 

Ma recette du moment sera un mélange que nous appelons « anti-ama » du Dr Partap Chauhan dont j’ai reçu le riche enseignement. Il se prend 15 minutes après le repas de midi et du soir, à raison d’une cuillère à café dans de l’eau chaude.

Toutes les épices sont réduites en poudre puis mélangées :

֍ 10 g coriandre (aide à la détox des cellules)

֍ 10g cumin (lutte contre ama en aidant la digestion)

֍ 10g gingembre (puissant anti-ama et nettoie les canaux d’évacuation)

֍ 20 g fenouil (rafraîchissant, stimule la digestion)

֍ 20g menthe (rafraîchissant, stimule la bile et soulage l’estomac)

 

Suite à la détoxification, il faudra booster l’immunité là encore selon la constitution et les besoins du moment de chacun. Magnésium, vitamine C/D, curcuma, probiotiques par exemple.

 

Chacun est l’acteur principal de sa vie, chacun a sa propre vision des choses et chacun décide de voir sa vie dans la lumière ou dans l’obscurité. Le lien entre nous tous est notre belle Terre Mère. Avec elle nous ne sommes qu’UN. Unis-Vers… En soutenant la permaculture, les petits agriculteurs locaux et bio, en étant responsable de notre consommation au quotidien, non seulement nous faisons du bien à notre corps, mais nous agissons pour notre Planète. Ainsi, nous sommes en accord et en lien avec les lois de la nature, avec ce qui est pour beaucoup extérieur au soi (mais bien-entendu cela ne l’est pas !). Les allergies reflètent une mauvaise tolérance à certains éléments extérieurs, alors quoi de mieux que le lâcher prise pour le mieux-vivre ?

 

« Quand les hommes auront abattu le dernier arbre, pêché le dernier poisson et tué le dernier animal, alors ils réaliseront que l’argent ne se mange pas. » Sagesse Amérindienne.

 

Je vous souhaite à tous un bon nettoyage de printemps, en conscience ! petit-prince-rose

 

petit prince

 

Namaskar !!! Clélia. (avril 2017)

 

 

AAEAAQAAAAAAAA1iAAAAJDBmNThmMjI3LWU5YTEtNGU1MC1hMzhhLTdkNDE5MzUzMGZiYg

 

La Dinacharya : mode d’emploi !

Mais qu’est-ce donc que ça la « dinacharya » me direz vous ? En sanskrit dina = jour et charya = routine. L’ayurveda considère que dans la vie courante nous respectons chaque jour toutes sortes de règles afin de vivre en société et d’être adaptés à elle. Or nous avons oublié que ce n’est pas la société qui fait l’Homme, mais l’Univers. Beaucoup d’entre nous oublient cette notion dans leur quotidien. Cela entraîne un irrespect de la nature, des animaux, de l’entourage mais aussi de soi. La dinacharya ou routine quotidienne est faite pour nous aider à rester connectés à l’essentiel. L’hygiène de vie ayurvédique repose sur ses bases fondamentales. En résumé nous pouvons parler de règles de vie. Si tous les jours pour aller travailler vous respecter les feux rouges, pourquoi ne pas pas commencer à respecter les lois qui impactent directement votre corps ?

Quel rythme donner à notre journée :

Vata, pitta et kapha sont les 3 énergies motrices de l’Univers. Ces doshas sont influencés par l’alimentation, les saisons mais aussi la période de la journée de cette manière :

doshas-journee-dinacharya

Concrètement, cela signifie qu’en période kapha par exemple, le corps va avoir des caractéristiques kapha : sensation de lourdeur, lenteur, calme qui sont des caractéristiques kapha. Ainsi avoir des activités kapha le soir est bien, mais dans le but de passer une journée sous le signe du dynamisme, de la légèreté et de la joie, il sera préférable le matin de se réveiller en période vata ou le plus proche possible. Évidemment en Inde, le soleil se lève plus tôt donc se lever à 5h est plus facile. Notre intelligence doit rentrer en jeu pour équilibrer ce qui est mieux pour nous avec notre rythme de vie. Ainsi se lever à 4h en plein hiver en France ne sera pas plus bénéfique que de se coucher à 20h en été, surtout si vous travaillez jusqu’en début de soirée. L’ayurveda s’adapte à tous.

Toujours est-il que se lever tôt (avant le lever du soleil) est la première loi quotidienne ! Avis aux lève-tard : cela se soigne ! En effet, la dinacharya décrit aussi ce qu’il est bon de faire pour préparer la nuit, ce que nous verrons plus loin. Une bonne préparation = coucher plus tôt = lever moins tard, CQFD !!

Notre constitution et donc les doshas influencent ce que nous sommes, ce que nous aimons. Les vata auront du mal à se coucher et dormiront peu tout en se réveillant reposés. Les pitta se sentent bien avec environ 6/8h de sommeil et les kapha se coucheront tard pour se réveiller tard et auront tendance à dormir plus. Se lever tôt ou tard peut être une conséquence de notre constitution et se lever plus vers 7h ou 8h maximum n’est pas un déséquilibre. En revanche, ressentir de la fatigue au réveil ou des sensations de pesanteur, d’énervement ou de lenteur tout au long de la matinée sont des signes de déséquilibre et/ou d’accumulation de toxines (=ama). A ce moment là, il faut se rappeler que l’équilibre se trouve dans le coucher et le lever tôt. Pour les horaires exacts, à chacun son rythme ! Quand on est dans notre rythme, il n’y a même plus besoin de réveil, décidément l’ayurveda n’a que des avantages !

Une fois que l’on a bien dormi, que l’on s’est levé tôt, que faire ? Le nettoyage des 5 organes des sens bien sûr!! A commencer par…

… Se nettoyer la langue ! Et ce avant toute ingestion d’eau ou de nourriture. Un gratte langue en cuivre est l’ustensile idéal en complément de votre brosse à dents et de votre dentifrice. Le dépôt blanchâtre sur la langue est une accumulation d’ama (= toxines) et il est facile de comprendre que ne pas se nettoyer la langue nous fait ingérer ces toxines… Est-ce vraiment utile ?? Avec une alimentation adaptée et l’équilibre des doshas, ce dépôt diminuera.

Ensuite vous pouvez pratiquer Gandush qui est le bain de bouche à l’huile de sésame, pendant 10 min, ne pas avaler l’huile. Cela vous permettra d’assainir et de protéger vos gencives et toute la cavité buccale.

Les yeux se lavent avec de l’eau de rose ou de bleuet.

Pour les oreilles mettez 2 à 3 gouttes d’huile de sésame dans chaque oreille puis masser avec l’index. Absorbez l’excédent.

Le nez s’entretient avec jala neti qui est la douche nasale. cela permet le nettoyage du nez. En pratique cela s’effectue avec de l’eau chaude salée et un lota de préférence en céramique ou cuivre. Ce nettoyage est idéal pour nettoyer les voies respiratoires. Il est à intégrer dans votre routine au quotidien pour éliminer les mucosités, prévenir des bactéries/virus et soulager les maux de tête, sinusites, rhumes, allergies, asthmes, … Jala neti favorise aussi la concentration et la mémoire.

Vous mettrez 1cc de sel pour 1/4L d’eau tiède. Remplissez votre lota puis penchez vous au dessus d’un lavabo, pivotez la tête sur le côté gauche, menton vers le bas pour ne pas que l’eau passe par la bouche. Gardez la bouche ouverte pour respirer, puis versez tout doucement l’eau salée dans la narine droite. L’eau passe naturellement de l’autre côté en emportant toutes les impuretés. Si vous avez le nez bouché, allez y progressivement et mouchez vous régulièrement pour éliminer le mucus liquéfié par l’eau salée. Puis se moucher et faire de même de l’autre côté. Quand vous avez fini séchez vous bien les narines en expirant de manière tonique. La respiration alternée peut vous aider.

images

Ensuite, vous pouvez selon vos besoins boire un verre d’eau cuivrée, d’eau chaude ou d’eau tiède avec éventuellement du jus de citron (uniquement dans de l’eau tiède). Tout cela vise en premier lieu à faciliter l’élimination qui est une étape indispensable afin de passer une belle journée. L’eau cuivrée et le citron seront bons pour votre immunité, à vous de choisir !

Éliminer au quotidien :

Beaucoup de personnes s’estiment en équilibre tout en allant à la selle tous les deux jours par exemple. Cela n’est pas exact. En effet, un des pilier de la santé est la bonne élimination des déchets. En cas contraire, les toxines s’accumulent ici ou là jusqu’au jour où elles vont poser problème. Si je compare votre organisme à votre maison, feriez vous le ménage dans votre salon tout en laissant les poubelles en plein milieu ?

Ainsi, il est bon d’éliminer avant de commencer à vous alimenter de nouveau. Selon votre déséquilibre / constitution, vous pouvez utiliser des plantes adaptées afin de réguler votre transit.

Prendre soin de sa peau :

Avant la douche l’auto-massage est un élément phare pour bien débuter la journée. Vous utiliserez une huile appropriée à votre constitution et/ou déséquilibre, en cas de doute utilisez de l’huile de sésame tiède. Cela est conseillé pour renforcer la peau face aux agressions extérieures et pour la rendre plus souple tout en la nourrissant. L’huile procure aussi une sensation de bien-être et  éveille les sens. L’auto-massage réveille votre corps et active les différents centres énergétiques. Il vous permet de bien démarrer votre journée, de vous sentir plus présent et lucide, d’assouplir votre corps, vos muscles et d’en diminuer les douleurs. Cela réduit également les douleurs articulaires.

Selon le temps que vous avez et vos besoins, faites le corps entier ou une partie. Sur youtube une vidéo de Vincent Maréchal détaille très bien l’auto-massage et les gestes appropriés. En passant je vais sous peu participer à un approfondissement en marmathérapie et prise de pouls avec lui, je vous en dirais des nouvelles !

Image de prévisualisation YouTube

Profitez des jours de repos pour prendre le temps nécessaire afin de réaliser l’ensemble de cette dinacharya. Vous pouvez rajouter un auto-massage du crâne à l’huile ces jours là.

Ensuite la douche et puis l’action !

Mobilisations articulaires / yoga / respiration / méditation:

Une journée idéale commence par un bon nettoyage puis une bonne mise en route. Yoga pour les uns, mobilisations douces de chaque articulation pour les autres ou les deux… Faites votre choix ! La pratique de ces activités au matin va vous aider à vous centrer, à ressentir votre corps. Bien sûr, si le matin cela n’est pas possible, faites le plus tard. Même si le moment n’est pas idéal, faire plus tard est toujours mieux que de ne pas faire !

5029d9bdf03d79be07be959f1bdd00e2

Après les mobilisations, vous serez prêt pour les pranayama ou exercices de respiration. En théorie tout le monde sait respirer. En pratique, notre rythme de vie, toutes les tensions et toxines accumulées dans notre corps sont autant de facteurs qui entravent une bonne respiration.

Après les pranayama passez à la méditation !

Petit-déjeuner :

Et oui, manger ça se mérite ! Il vient donc seulement après toutes les précédentes étapes. Un petit déjeuner doit être léger, nourrissant et adapté à votre constitution bien entendu.

Déjeuner :

Entre midi et 14h, lorsque pitta est au plus fort afin de métaboliser correctement vos aliments. Le repas sera adapté à votre type.

Une marche de 5 à 10 min en post-prandial vous évitera les ballonnements et stimulera les intestins.

Vous pouvez prendre 15 min de répit ensuite mais attention aux siestes qui durent trop longtemps car le sommeil en journée déséquilibre kapha. En été vous pouvez aller jusqu’à 30min.

Dîner et soirée :

Il aura lieu entre 18h et 19h maximum et sera de préférence chaud, selon la saison mais surtout léger car à cette période là pitta est faible et kapha est fort. Les personnes à constitution kapha peuvent sans problème ne pas manger le soir ou le matin, selon leur ressenti.

Le soir l’ambiance doit être calme et relaxante. Le coucher de soleil est propice au repos du corps.

Afin de faciliter le sommeil, vous pouvez vous masser les pieds avec du ghee (ou demander à votre éventuel partenaire de la faire, c’est encore mieux !). Détendre les trapèzes et le crâne sera également une bonne idée. Vous pouvez diffuser de l’huile essentielle de lavande avant d’aller dans votre chambre (et après aération).

Si vous buvez une tisane, faites en sorte de la boire tôt afin de ne pas être obligé de vous lever pour aller aux toilettes la nuit.

Le coucher se fera vers 22h maximum car à ce moment là le sommeil est le plus profond et réparateur. La nuit le corps se régénère, élimine les toxines donc bien dormir favorise la longévité, c’est aussi simple que ça ! Après 22h, la phase pitta reprend et le repos n’est donc plus le maître mot…

A présent vous savez tout sur la DINACHARYA !! Lancez vous !

La recette du moment est une boisson miraculeuse ! Il s’agit du Lait d’or. Que ce soit le matin ou le soir, ce doux breuvage ravira votre corps et votre esprit !

ob_72d1f1_240-f-134132637-2xt5j1gpmbp6lrw2oxwi2z

Dans cette recette l’ingrédient star est le curcuma mais l’association avec le poivre noir a également une grande importance afin de multiplier la biodisponibilité de la curcumine. Que ce soit à visée anti-inflammatoire, analgésique, anti-oxydante, régénérante, antiseptique, pour aider la digestion, la détoxification du foie, réguler le métabolisme, renforcer l’immunité, favoriser la détente, augmenter la mémoire et les fonctions cérébrales, réduire les troubles neurologiques… Vous trouverez bien une excuse pour en boire !

Pâte de curcuma : très rapide à faire

Prenez 1/4 de tasse de curcuma (frais rapé ou en poudre), ajouter 1/2 cc de poivre noir en poudre et de manière facultative 1cc de gingembre frais rapé. Ajoutez 1/2 tasse d’eau minérale ou filtrée, mélangez bien et faites réduire à feu moyen jusqu’à ce que cela devienne une pâte épaisse. Bien fermée dans un pot au frigo cette pâte se conserve entre 2 et 3 semaines.

Lait d’or : avec du lait végétal de votre choix

Prenez une tasse de lait d’amande, de coco ou autre lait de votre choix, ajoutez 1cc d’huile de coco et 1/2cc de pâte de curcuma. Tout mélanger et tout réchauffer ensemble. Cela ne doit pas bouillir. Ajoutez du miel selon votre type et profitez !

En cas de questions, de demande particulière je suis disponible pour vous. Vous recevoir en consultation et en massage est une immense joie pour moi. Merci à tous pour votre confiance.

Il me reste à vous souhaiter le meilleur pour votre santé et une très bonne route ayurvédiquement sereine !

Love and light, Namasté !!

Clélia.

« Quand l’alimentation est mauvaise, les médicaments sont inefficaces. Quand l’alimentation est correcte, les médicaments sont inutiles. » Proverbe Ayurvédique

« Ne regardez pas en arrière avec colère, ni de l’avant avec peur mais autour de vous avec conscience… » Sagesse Amérindienne

400x260-ct

Mai  2017

 

Juin, un mois qui fait du bien !

La Lune, le corps, le mental et l’âme

Icon512

Qui n’a jamais regardé le ciel étoilé en étant comme hypnotisé par Madame notre chère Lune ? Chaque période de l’année engendre des énergies particulières. Qu’elles soient douces ou beaucoup plus dérangeantes elles nous aident à évoluer et favorisent nos avancées. Les cycles lunaires ont une très grande influence sur notre organisme ainsi que sur notre humeur. L’élément eau est indissociable de cet astre qui s’oppose au Soleil lors des pleines lunes, mais il est également lié à l’élément Terre. Les marées, les naissances, le sommeil, notre état mental sont directement impactés par la Lune et notamment par la pleine Lune, ce moment où instinct et émotions sont au maximum. Cela n’est plus à prouver, même dans les hôpitaux nous savons que pleine lune rime avec une folle vie nocturne ! En Ayurveda, notre équilibre se fait au rythme de la journée, des saisons et bien entendu en harmonie avec les astres. Tout comme elle aide la nature à croître, la Lune nous aide à grandir intérieurement et extérieurement. Nous sommes constitués à plus de 65% d’eau il est donc très simple de comprendre pourquoi la lune rythme notre vie. La Lune se dit Candra en sanskrit. De part le fait de sa proximité avec notre belle Terre-Mère, elle est l’astre le plus influent sur nous tous.

Évidemment en lien avec le principe féminin, la Lune est omniprésente dans la vie d’une femme. D’ailleurs, pour parler des menstruations, nous pouvons également parler « des lunes ». Les 4 phases du cycle lunaire et du cycle féminin sont similaires. Une femme en équilibre est en harmonie avec la Lune. Nous parlons de cycle de la lune blanche ou de cycle de la lune rouge selon que l’ovulation a lieue lors de la pleine lune ou de la nouvelle lune. A savoir que l’ovulation, d’une manière physiologique, était autrefois déclenchée par la luminosité de la lune. Or la lumière est maximale à la pleine lune… Les énergies opérants dans ces 2 sortes de cycles sont différentes et ont leurs qualités propres. Au cours de sa vie une femme va passer d’un plan à un autre… Que de mystère pour l’Homme ! Notre mode de vie nous a éloigné de ces cycles. A nous de retrouver cette conscience afin d’être de nouveau synchronisés avec le cycle lunaire, ce qui facilite l’harmonie avec notre féminin sacré.

red-moon-cycle-lune-rouge

Néanmoins nous sommes tous touchés par ses effets, les hommes aussi ! La Lune stimule la créativité, l’imagination, le côté artistique de tous.

Le cycle lunaire dure environ 29 jours. La lune noire ou nouvelle lune marque le début du cycle. Une nouvelle intention ou une reformulation de l’intention du cycle précédent se pose à ce moment là tandis qu’à la pleine lune le ménage se fait entre nous et ce qui nous bloque dans la réalisation de notre intention = nous parlons alors de renoncement positif. On laisse derrière nous ce qui n’est plus utile. Le retour à soi en lien avec les intentions formulées se fait à la lune descendante. Chacun a des ressentis différents mais si vous êtes en lien avec cet astre, il se pourrait bien qu’aux nouvelles lunes vous soyez plus fragiles, angoissés ou nerveux sans raison apparente. Si vous êtes une femme et que votre cycle menstruel coïncide avec celui de la Lune alors là… Attendez vous à ce que tout soit décuplé ! A la nouvelle lune et à la pleine lune, nettoyez votre maison (sauge, palo santo, encens, …) et profitez en pour faire une méditation en lien avec vos intentions.

En Ayurveda et dans bien d’autres courants ancestraux, l’Homme est impacté par l’Univers tout entier. Les astres influencent donc notre santé. L’astrologie védique ou Jyotish part du principe que l’individu est cosmique, en relation directe avec l’Univers. Par ailleurs le cerveau serait comme une réplique de cet Univers… Tout est en nous, tout est en tout ! A méditer ! D’un point de vue Ayurvédique la Lune gouverne notre activité mentale, notre sommeil, nos rêves (toute perception psychique ou extrasensorielle), nos émotions, notre système hormonal et tous les fluides corporels.

Lorsque le Lune croît nous pouvons en profiter pour faire le plein de vitamines, oligoéléments ou compléments alimentaires car il s’agit d’une période d’assimilation par l’organisme. Alors que les systèmes lymphatique et nerveux sont en éveil, les massages seront tonifiants et relaxants. Belle période pour toutes les activités physique.Lors de la pleine Lune le moment est propice à la détoxification du corps et du mental car en agissant sur les fluides corporels, elle augmente la circulation sanguine, le drainage du foie et des reins. Une mono-diète pleine-lunaire est idéale ! La pleine Lune augmente les problèmes nerveux à cause de la force gravitationnelle. Lorsque le Lune décroît, soit après la pleine Lune, il est bien d’encourager le processus d’élimination du corps. A vous les cures de détox ! N’hésitez pas à diminuer légèrement votre rythme de vie. Cette période est également favorable aux cicatrisation, bon à savoir en cas de chirurgie permettant une programmation…

Je pense que ce qui est de plus connu est l’influence de la Lune sur la repousse des cheveux ! Petit rappel au cas où : les couper en lune ascendante l’accélère et couper en lune descendante la ralentie Voilà, vous savez tout pour maîtriser la longueur de votre crinière !

 

En ce mois de juin, les turbulences lunaires ne sont pas totalement passées. Le retour à soi est de mise afin de définitivement tourner le dos aux vieux schémas destructeurs. Un état de crise peut être ressenti, veillez à garder votre pouvoir personnel. La maturité émotionnelle acquise va vous aider. Et surtout, lâchez prise afin de retrouver une individualité positive! « Ici et maintenant » en un mot le présent est le seul temps qui compte. Construisez votre rêve et mettez vous en mouvement pour le réaliser. Votre équilibre ou guérison en dépend.

Douceur et légèreté vont nous aider à nous préparer pour l’été. Il est grand temps de respirer ! En juin, c’est pranayama à volonté ! Respirer, méditer, va vous aider à éviter les anciens réflexes et à avancer dans le bon sens. Le yoga et toutes les activités qui permettent une mise en mouvement douce seront également les meilleures façon d’allier votre corps et votre mental. Vous pouvez user des parfums fleuris qui vous apaisent le plus tels que le jasmin, le chèvrefeuille, la rose la fleur d’oranger,… Selon votre nez! L’image de ce mois est la détente en écoutant le chant de l’eau une belle journée ensoleillée ! Évitez les expositions au soleil direct. Alors à vos marques, prêts… Farniente !

Pour maintenir l’harmonie nous devons nous adapter au rythme Lune/Soleil. Moins de sommeil nocturne mais voilà une vraie indication de sieste ! Restons raisonnables, 20/30 minutes, pas plus.

Pour nous approprier notre schéma corporel, délier les tensions et aider à l’évacuation de ce qui a été accumulé avec les jours plus froids, les massages seront parfaits. De toute façon, un massage quel que soit la saison, c’est bon !

Les goûts doux, amer et astringent seront à mettre en avant lors des temps chauds et secs alors qu’à l’humidité vous vous tournerez vers le piquant. Soupe d’orge, tartines frottées à l’ail et infusions de camomille, mélisse, menthe sont de bonnes idées ! Globalement la nourriture sera chaude en chaleur mais pas en énergie, misez sur le chaud et le léger. Il nous faut accumuler maintenant de la chaleur interne, de manière douce, de façon à ce qu’elle se manifeste en période froide. Prenez vos repas dans des endroits frais. Pas la peine d’en arriver à énerver pitta ! Un filet d’eau fraiche sur les chevilles le soir peut vous aider à vous délasser.

Les gros efforts nécessitant de l’endurance sont à mettre de côté pour l’instant afin de renouer avec la présence à soi. Avec l’allongement des jours quelque chose en nous s’étire et nous devons rester ancrés. La dinacharya dont il était question lors de ma dernière publication va vous aider à prendre conscience de vous dans votre globalité. Apprivoiser votre schéma corporel se fait par le biais de l’hygiène, des massages et de tous les soins que vous vous donnez. Mais approcher et soigner vos émotions, votre état intérieur, cela se fait comment ? La dinacharya vous l’aurez compris ne s’intéresse pas uniquement au côté physique. Ainsi en faisant votre yoga quotidien ou en usant de votre gratte langue, vous aurez une idée de ce qui se cache au fond de vous. Ici et maintenant que suis-je ? Suis-je fatigué, lassé, énervé ou enjoué et plutôt bien luné ? Si un dépôt blanchâtre et plutôt épais recouvre votre langue, cela est sans nul doute signe de kapha et/ou d’ama accumulé dans votre organisme. Pour aller au-delà de ce côté purement physique, commencer jour après jour à faire le lien entre ce que votre corps vous dis et vos émotions, votre état mental. Dans quel état-j’erre ??

La convivialité, vos amis, vos Amours, le partage sont autant de valeur à l’honneur en cette saison. Oui vous pouvez partagez vos émotions et sentiments. Non cela ne vous rendra pas plus faibles. Bien au contraire. Une émotions, un ressenti exprimé est une marche de montée ! Les sentiments véritables sont à l’honneur. Oubliez jalousie, conflits et tout ce qui vous maintient dans un état d’illusion. Multipliez les plaisirs sains et doux ! Tendresse et contemplation rythment vos journées ? Alors ne changez rien, posez vous, vous pouvez souffler !

blog2

« La vie est le don le plus formidable que nous recevons, l’art de vivre est l’art le plus grand. Comment maîtriser l’art de vivre ? La pratique fait le maître. Il ne s’agit pas d’apprendre ; il s’agit d’agir et de pratiquer votre art. En tant qu’artiste si vous pratiquez l’amour et que vous continuez à pratiquer et pratiquer, le moment viendra ou tout ce que vous faites sera une expression de votre amour. Comment saurez vous que vous avez maîtrisé l’amour ? Quand l’histoire que vous vous racontez à vous même sera une idylle ininterrompue. » Miguel Ruiz, « La voie de la connaissance ».

Je vous souhaite à tous d’avancer sur votre propre chemin qui ne peut qu’être le plus beau pour vous. Light and Love, Namasté !

Clélia. Juin 2017

A LA DECOUVERTE DE LA

MARMATHERAPIE

 En janvier dernier je suis partie en Inde auprès de celui qui m’avait déjà enseigné le massage abhyanga, j’ai nommé notre très cher Ajit Sarkar !Lors d’un massage abhyanga on peut stimuler certains points marmas. A l’issu du mois de janvier, j’ai appris à intégrer ces points selon les déséquilibres (lombalgie, cervicalgie, sciatique, céphalée, asthénie, dépression, problème respiratoires, articulaires, ORL, …) dans le massage abhyanga de base ou à la suite. Les personnes qui ont lu mes précédents posts le savent, j’avais reçu un enseignement profond et sincère. Je reviens là-dessus car au cours de ce mois de juin, j’ai suivi un autre enseignement sur ce sujet. L’approche fut à la fois différente et complémentaire, aussi subtile que complète.

Selon moi et mon ressenti, l’enseignement reçu par Vincent Maréchal diffère dans le sens où avec cette approche nous sommes dans un univers aussi délicat que profond et efficace. Non pas qu’auparavant il s’agissait d’une approche grossière et uniquement corporelle, mais de par sa personnalité toute en finesse, Vincent a su nous transmettre la dimension profondément subtile de la marmathérapie. Merci Vincent !

Dans cette approche la prise de pouls est un élément essentiel afin de pouvoir cibler les déséquilibres, les doshas impliqués et tester quelles huiles essentielles sont adaptées à la personne au moment du soin. Les huiles lubrifient, nourrisent et favorisent l’élimination des toxines des divers tissus du corps.

Cela nécessite un bon alignement du soignant afin d’être le plus réceptif possible à ce pouls qui nous dit tout. Savoir l’écouter est un très grand art qui se travaille et s’affine jour après jour.

Le but d’une séance de marmathérapie est l’harmonisation, l’unification et la revitalisation de votre être par le biais de la stimulation des points marmas qui sont les points vitaux, subtils définis par l’Ayurvéda. Cette stimulation dissout certains blocages ce qui régule les énergies. De par le fait, ce soin agit sur toutes sortes de problèmes, pathologies, sans mettre de côté la possible nécessité d’un suivi médical.

Avant de vous jeter sur vos agenda afin de prendre un rendez-vous pour ce nouveau soin, je vais vous détailler brièvement ce sujet ayurvédiquement sans fin !

 

Sri-Dhanvantari-Dev-yu216

Sri Dhanvantari, divinité de l’Ayurveda, avatar de Vishnu

 

Qu’est-ce que la marmathérapie et comment ça

marche ?

Le terme marma a plusieurs significations en sanskrit, comme « ce qui tue » ou « ce qui est caché, secret ». Les marmas sont les points vitaux du corps. Ils sont au nombre de 107 mais à cela s’ajoute les points marmas secondaires et il y en a alors bien plus !

En un sens ces points sont des intersections de divers canaux, ils relient le corps énergétique et le corps physique, le subtil et le grossier tout en régulant la circulation du prana ou énergie vitale (énergie positive du dosha vata). Cette circulation se fait depuis les chakras par le biais des nadis (canaux énergétiques subtils) vers le corps physique. En Ayurveda on considère 7 chakras principaux et beaucoup beaucoup d’autres secondaires ! De même il y a 14 nadis principaux et beaucoup plus de secondaires. Ces nadis relient les points marmas entre eux et distribuent l’énergie à tout l’organisme.
Lors d’un massage abhyanga, les mouvements suivent ces nadis afin de favoriser la circulation du prana.

L’Ayurveda considère que nous sommes constitués de 3 corps : le corps physique, le corps subtil et le corps spirituel ou causal (âme). Mais l’Ayurveda parle aussi des 5enveloppes ou 5 koshas qui sont :

• Anna-maya koshaou l’enveloppe rattachée au corps physique

• Prana-maya kosha ou l’enveloppe de l’énergie (prana) rattachée au corps subtil

• Mano-maya kosha ou l’enveloppe mentale rattachée au corps subtil

• Vijnana-maya kosha ou l’enveloppe de l’intellect, du discernement,de l’intuition, rattachée au corps subtil

• Ananda-maya kosha ou l’enveloppe de la félicité, le corps causal, l’âme

Ces enveloppes s’entre-mêlent et une couche comprend toutes les autres.

Les points marmas sont des points d’intersection de toutes ces couches… Rien que ça ! En dehors d’une séance de soin pendant laquelles ils sont stimulés par digipression, ils peuvent être stimulés pendant le yoga, que ce soit par les postures ou la respiration.

Ils sont classés en 6 catégories selon leur « emplacement » :

Mamsa marma : points sur la peau et dans les muscles

• Asthi marma : points des os

• Snayu marma : points des tendons

• Dhamani marma : points des nerfs

• Sandhi marma : points des articulations

• Sira marma : points des veines

 

marmas-ayurveda

Quelle origine pour la marma ?

 Le berceau de la marmathérapie se trouve en Inde du Sud. Selon les écoles, certains points peuvent avoir un emplacement différent. Cela s’explique par le manque de clarté sur leur description dans les textes anciens et par la transmission orale. De plus, certains points restent secret en raison de leur dangerosité. En effet, comme vous pouvez le voir dans certains documentaires traitant de l’Ayurveda (Ayurveda the art of being), avec certains points il est possible de paralyser son ennemi ou même de le tuer en un instant ! Les maîtres de Kalari Payat (art martial traditionnel du Kerala) ont une connaissance guerrière de la marmathérapie et s’en servaient pour terrasser leur ennemi.

images

 kerala-1639325_960_720_0

Dans la Charaka Samitha (traité védique datant du 6è siècle avant J.C) les marmas sont décrits comme étant des emplacements où se trouvent des muscles, des veines, des ligaments, des os et/ou des articulations en même temps.

Shushruta, considéré comme le père de la chirurgie plastique les décrit dans la Shushruta Samhita. Il précise que les marmas ne sont pas seulement des points d’intersections, mais les points de concentration des trois doshas (vata, pitta et kapha, énergies qui forment la prakriti) ainsi que de leur composant subtil tel que Prana (la vitalité), Téjas (l’énergie) et Ojas (l’immunité).

ouvrage_de_chirurgie_ayurvedique

En Ayurveda, être en santé c’est avoir des doshas équilibrés, des dathus (tissus) correctement nourris, un bon agni (feu digestif), un bon système d’évacuation des malas (déchets tels que l’urine, les selles et la transpiration) et un mental paisiblement au top !

« Sama dosha sama agnischa sama dhatu mala kriyaaha ! »

 

La marmathérapie va venir déloger les toxines et énergies négatives qui bloquent la circulation des énergies positives. Étant une médecine tout aussi préventive que curative, les soins marma s’adressent également aux personnes en santé car cela leur permettra de renforcer leur vitalité. Et soyons réalistes, même en santé et en faisant de notre mieux chaque jour, nous avons toujours un petit quelque chose à déloger/travailler !

Étant un soin vous l’aurez compris très profond, une séance de marmathérapie peut avoir quelques effets secondaires à type de majoration des symptômes, douleurs migrantes ou autres. Cela est du à la circulation des énergies et ne dure pas.

Il ne s’agit pas d’un soin anodin alors soyez prudents et assurez vous d’aller vers un praticien qui agit en conscience et en subtilité.

Côté alimentation

En dehors des journée pluvieuses voir orageuses où l’on est contents de retrouver notre couette et nos petits pulls, il paraît que c’est l’été !

Des envies de fraîcheur et de plats légers pointent leur nez, jusque là rien d’anormal!Mais attention à respecter votre prakriti (constitution) et vikriti (déséquilibre). Les pitta seront les seuls à pouvoir profiter des plats et boissons fraîches et des glaces ! Avec modération et selon la température du jour tout de même. En cas d’un agni (feu digestif) faible se méfier car le frais a tendance à l’éteindre.

Préférez donc les plats ou boissons à température ambiante ou chaudes/tièdes par mauvais temps !

Vous pouvez faire des boissons à base de feuilles de menthe/citron ou gingembre/citron selon ce qui vous correspond le mieux. Faites bouillir l’eau et versez sur vos ingrédients, laisser tiédir, refroidir à température ambiante ou mettez au frigo pour les plus chauds d’entre vous !

Les aliments crus restent à éviter pour les vata. Vous pouvez cuire des légumes et les consommer à température ambiante avec une salade verte, cela vous permet de faire un compromis plutôt agréable.

Ne négligez pas les repas, en particulier le repas de midi car la saison d’été est la plus fatigante pour votre organisme. Les céréales/féculents/légumineuses, seront consommés en plus petite quantité et l’on évitera ou limitera les aliments complets mais votre corps en a besoin alors ne les laissez pas au placard !

En cas de besoin je suis disponible tout l’été à partir du 11/07.

Comme le Soleil en cette période et même sous les nuages, soyez rayonnants ! Demandez vous chaque jour ce que vous feriez si vous n’aviez pas peur. Car nous passons souvent à côté du bonheur par crainte d’être malheureux…

En parlant de Soleil, je vais terminer cette page en vous parlant du Gayatri Mantra. Hymne védique au soleil (Savitr), il s’agit d’une invocation des pouvoirs de fécondation et d’illumination. Mantra de tous les Hindous, mantra le plus sacré des Védas, il est considéré comme étant le chant de la délivrance . Il vous guidera sur le chemin de l’éveil, vers la conscience absolue.

  • OM BHUR BHUVAH SVAHA : Au cœur de l’expérience de la vie, C’est « Cela ».
  • TAT SAVITUR VARENYAM : La nature essentielle irradiant l’existence, Qui est l’adorable UN.
  • BHARGO DEVASYA DHIMAHI : Puissent tous les êtres percevoir, par un esprit subtil et méditatif.
  • DHIYO YO NAH PRACHODAYAT : La splendeur de la conscience illuminée

Image de prévisualisation YouTube

 

Je vous souhaite à tous un très bel été, Namasté!

Clélia. Juillet 2017

9ec79178889ad6b564704e6eb25a6ebb e48b7847e017297f4e244cca74f5c6a5

Une rentrée pour se nettoyer !

 

Il paraît que les rayons des grandes surfaces pullulent de nouvelles trousses, de nouveaux cartables et que les cours d’écoles sont de nouveaux animées… En un mot, c’est la rentrée ! Avec elle arrive le besoin de changer et d’avancer sur de nouvelles bases, l’envie d’apprendre ou d’essayer de nouvelles activités. Renouveler sa garde robe ou ses équipements en tout genre n’est qu’accessoire, que nous demande cette période ?

Si le farniente estival pousse à l’ouverture, à la fête et aux rencontres, l’arrivée de l’automne nous oriente vers un retour à soi. Contacter notre intériorité avant d’hiverner est à présent une priorité. Que nous soyons restés en accord, en lien avec nous-même ou que nous ayons fait quelques excès il est temps de se purifier afin de clarifier ses pensées et de ne pas déprimer entre autre !

L’Ayurveda préconise 2 cures détox par an, une à chaque inter-saison soit au printemps et à l’automne. Actuellement il est bien d’alléger le corps qui comme la nature va commencer à s’endormir. Les jours se raccourcissent et la légèreté va nous permettre de rester en éveil.

Mais alors comment faire ?

Bien sûr, les cures de pissenlit, artichaut et/ou radis noir, le jus de blé ou encore l’hydrolat de romarin à verbénone sont là pour booster le processus. Les utiliser sur 15j est bien. Mais nous avons avant tout besoin d’une alimentation légère mais aussi nourrissante adaptée à cette période de l’année.

Lorsque vous vous sentez prêt lancez-vous sans vous frustrer de trop. Le bon choix des aliments est essentiel. Sur 15j vous pourrez piocher uniquement dans ces listes, reprenez ensuite le régime qui vous est propre et en lien avec la saison. Gardez le mode détox activé sur 1 mois environ. Si vous n’avez jamais pratiqué de cure détox il est possible, selon votre niveau d’accumulation d’ama (toxines), que vous ressentiez quelques céphalées (maux de tête). En ce cas hydratez vous bien afin d’éliminer correctement et reposez vous. Il s’agit ici de conseils valables pour tous, si vous avez des interrogations par rapport à ce qui vous est adapté personnellement n’hésitez pas à me contacter.

Les goûts favorables à la détox sont l’amer, l’astringent et le piquant. Le sucré, salé et l’acide seront à éviter. Vous pouvez consommer 1cuillère à café de miel par jour… Savourez-la !

Tous les produits animaux seront mis au placard et ils ne pourront que nous en remercier ! Les yaourts dilués avec de l’eau et aromatisés de cardamome seront permis. Noix et graines sont à garder rangé également. Par contre aller les ramasser est plus que largement conseillé !

Au niveau des épices, faites toujours selon votre constitution et/ou déséquilibre mais privilégiez autant que possible le gingembre, le poivre noir, le piment de cayenne, la cannelle, le curcuma, le fenouil, le cumin, la coriandre et les graines de moutarde. Basilic, origan, thym, menthe, sauge et persil sont également les bienvenus. Attention aux constitutions et déséquilibres pitta ! Une surchauffe ne serait pas positive non plus. Pensez aux infusions d’épices à consommer tout au long de la journée et notamment au gingembre frais.

Les boissons seront tièdes ou chaudes, mais cela est valable la plus grande partie de l’année !

♣ Les légumes seront cuits, le cru est à ressortir aux prochaines chaleurs avec parcimonie bien entendu ! La cuisson vapeur est très bien. Les soupes de légumes sont bonnes pour tous les types, si les températures sont élevées n’hésitez pas à les consommer à température ambiante. Privilégiez les légumes verts et notamment le chou kale (prononcez kel), le céleri, le fenouil, les épinards. Les jeunes pousses de luzerne ou alfafa sont bien aussi. Évitez les légumes racine ou sucrés. Une fois vos 15j de détox passés retournez à une consommation de saison.

09-septembre-impression

♣ Au niveau des fruits, les pommes sont nos amies ! Évitez les fruits acides, juteux ou sucrés. La banane n’est pas pour tout de suite !

Fruits09

♣ La légumineuse de premier choix est le mung dhal (lentille de petit soja) mais à défaut utilisez des lentilles corail.

♣ Le riz et l’orge seront les céréales du moment.

Pour les types vata purs et/ou les forts déséquilibres vata ajouter une noisette de ghee ou un filet d’huile dans votre assiette.

Le kitchari avec ces ingrédients est un allié de qualité, une, deux ou trois fois par jour !

Le mois prochain je parlerai des mono-diètes et des jeûnes, très largement pratiqués en Ayurveda en entretien et en cure de détoxification.J’organise également un atelier cuisine le 7 ou le 8 octobre sur le thème du jeûne et des mono-diètes, pensez à vous inscrire !

Praticables par tous, il est pourtant nécessaire de trouver ce qui nous est le plus adapté. Pour ceux qui se sont déjà lancés par le passé réitérez l’expérience ! Pour les plus novices il est préférable de se lancer dans le jeûne au printemps . La mono-diète de pomme, de raisin ou encore de kitchari ou de soupe en association avec des tisanes adaptées à votre constitution se met plus aisément en place en cette saison. Commencez sur un jour par semaine ou par un cycle de 3j selon vos capacités. Généralement pour les types vata préférez le kitchari ou les soupes, pour les kapha les fruits ou soupes, les pitta feront selon la maîtrise de leur appétit !

Les massages toniques et drainants sont de mise afin de vous aider à purifier les srotas (canaux). D’une manière générale les soins corporels ou autres ne peuvent que vous être bénéfiques. Vous auto-masser aussi régulièrement que vous le pouvez vous aidera aussi.

Il n’y a pas de saison pour la dinacharia (routine quotidienne) alors ne l’oubliez pas ! La méditation reste également très importante pour ne pas dire essentielle.

Les bains au sel d’epsom peuvent vous offrir un moment de pur sérénité. Soyez doux avec vous-même, marchez, respirez, auto-massez vous, à volonté ! Les poumons sont fragiles en cette période, choyez les !

Pour les petits coups de refroidissement vous pouvez brièvement utiliser les huiles essentielles de gaulthérie, ravinsara ou tea tree. Mais surtout soyez à votre écoute afin de pouvoir ajuster votre alimentation, vos besoins et votre rythme au quotidien.

 

Recette et légume du moment :

Le chou kale

Très connu par la passé il est tombé dans l’oubli pendant quelques siècles pour se retrouver sur le devant de la scène, notamment grâce à des stars américaines qui vantent ses vertus.

En effet, outre le fait qu’il se cuisine très facilement et rapidement, voici un légume vert qui nous fait du bien !

Ses bienfaits sont nombreux : antioxydant, riche en fer, en vitamine k, en potassium, en calcium, en magnésium, pauvre en calories, anti-inflammatoire, anti-oxydant, anti-bactérien, il stimule la production d’énergie de l’organisme, renforce le système immunitaire, préserve la vue, régule la glycémie et agit sur le mauvais cholestérol… Rien que ça ! Un super aliment dont nous pouvons abuser sauf en cas de traitement anticoagulant (AVK).

Soupe de chou Kale

Laver et retirer les côtes d’un chou kale. Vous pouvez ajouter une courgette à cette soupe pour l’onctuosité. Faites revenir un oignon dans une casserole avec l’huile qui vous convient le mieux selon votre type. Si vous doutez prenez un peu de ghee ou d’huile de sésame. Ajoutez un petit peu de sel, du poivre noir et du curcuma. Faites revenir le tout environ 10min sans brûler les épices. Ajoutez les feuilles de chou kale, les courgettes si vous le désirez, 350/400ml d’eau et laisser cuire environ 20 min à feu vif. Mixez et le tour est joué !

 

Cuisiner, lire, marcher, souffler… Qu’il est bon de prendre le temps pour un retour à soi ! Rien d’égoïste en ça car cela vous permettra de purifier les liens que vous avez avec votre entourage, qu’il soit proche ou non. Nous parlons d’esprit ouvert ou encore d’ouverture à autrui, cela signifie donc qu’il y a un besoin naturel à l’introspection que l’on peut parfois ressentir comme une « fermeture » ou du moins un repli sur soi.

Alors soyez confiants et après cette période de vacances, soyez les bienvenus chez vous !

Clélia. Septembre 2017

« Chaque corps est sacré. Il faut en prendre soin , parce que c’est là-dedans que se vit le voyage de l’existance. » Alexandre Jollien

citation-laurent-gounelle-les-dieux-voyagent-toujours-incognito

1,2,3, DIETEZ !

Jeûnes et mono-diètes en fête !

blog2blogblog1

Comme promis, ce mois-ci je vais vous parler des jeûnes et des mono-diètes. L’humidité est bel et bien présente, les températures baissent, les radiateurs se mettent en route et les ventes de mouchoirs explosent car rhumes et toux vous chatouillent le nez si déséquilibre il y a ! Souhaitons la bienvenue à cette inter-saison totalement vata !

Jeûnes et mono-diètes se pratiquent en priorité aux inter-saison mais pas seulement.

Je ne parlerai ici que du jeûne hydrique, rien ne sera dit sur les jeûnes secs si ce n’est que si vous êtes en capacité de le pratiquer il y ait peu de chances pour que vous lisiez cette page ! En effet, avant que le jeûne sec devienne un acte positif il faut être profondément détoxifié. Si vous pratiquez cela sans être parfaitement purifié il s’agira d’une sorte d’auto-intoxication avec surproduction d’ama (toxines que l’on cherche normalement à éliminer)… Rien de très réjouissant.

A qui s’adressent ces pratiques ?

blog3

A tous ou presque ! Il est essentiel de prendre en compte la constitution et le déséquilibre de la personne afin que cette purification ne tourne pas en chamboulement doshique ! S’informer de la constitution, des pathologies en cours ou passées et de l’état mental de la personne sont les premiers éléments à rassembler. En effet un jeûne ou une mono-diète inappropriée entraînera la formation d’Ama (toxines) alors que le but était de se nettoyer.

En sanskrit, jeûner se dit langhana, ce qui signifie réduire, devenir léger. Il est sous-entendu une action physique mais aussi psychique voire spirituelle. Le jeûne en Ayurveda comprend toute pratique qui vise à alléger le corps et l’esprit.

Ceci se pratique dans un objectif de guérison, de purification et/ou de recherche spirituelle. Mettre le système digestif au repos permet au procesus d’auto-guérison du corps de se lancer. Cela purifie les srotas (canaux de nutrition et élimination du corps), et évacue ama.

Où, quand, comment ?

Si vous n’avez jamais pratiqué de jeûne ou de mono-diète, il va falloir commencer progressivement. Consulter un thérapeute peut vous aider à cibler la durée et la pratique qui vous correspond le mieux, en tous cas n’hésitez pas à demander car une mauvaise pratique peut réellement entraîner des problèmes. En effet, si vous décider sans entraînement de partir faire un marathon vous pourrez avoir quelques désagréments, pour ces pratiques il en est de même.

Commencez sur des jours de repos même si les jeûnes ou mono-diètes de courte durée peuvent se faire sans modifier son activité.

 Les inter-saisons sont les périodes idéales afin de se lancer dans ces pratiques.

Commencez par 1 jour, puis 2, puis 3. Au delà de 3j il s’agit de jeûne long. Pour le premier au moins il vous faudra alors être accompagné par des professionnels en mesure de vérifier votre pouls, votre tension artérielle, votre santé physique et mentale. Un jeûne ne peut pas être long si des courts n’ont pas été faits régulièrement.

Les personnes en santé, qui font 3j de jeûne sans problème pourront aller jusqu’à 5j maximum et 7j en matière de mono-diète. Grand maximum. Les signes avant coureur qui vous feront sentir que vous êtes allés trop loin sont par exemple des douleurs articulaires, une sensation de bouche sèche alors que votre hydratation a été suffisante, des troubles à la reprise alimentaire (dégoût de la nourriture, anorexie).

En cas de maladie pensez à reposer votre système digestif avec un jeûne ou une mono-diète. Plusieurs études médicales récentes ont démontrées l’efficacité et les effets positifs de ces pratiques sur la santé, notamment en cas de cancer. Ceci dit, pour un rhume, une bronchite, une gastro ou encore une grippe chez une personne en santé, allez-y jeûnez ou mono-diétez, mais pour les pathologies lourdes et les personnes plus fragiles demandez conseil à un professionnel avant de vous lancer.

L’idéal est de se réserver un jour par semaine de jeûne hydrique ou de mono-diète. Commencez par un jour par mois puis par 15j puis par semaine par exemple.

Dans tous les cas il vous faut respecter votre nature profonde et ne pas se lancer trop rapidement sur plusieurs jours.

Avec quoi et comment choisir ?

Vous devez avoir une idée de votre constitution avant de choisir. Si vous avez besoin d’aide allez consulter un thérapeute Ayurvédique.

Pour les Vata : ils devront être équilibrés et entraînés avant de jeûner. Les mono-diètes à base de riz complet, kitchari (voir anciennes publications pour la recette de base), soupes et bouillons lui seront préférables.

Pour les Pitta : les fruits et le kitchari feront de bonnes mono-diètes. Avant de jeûner le pitta devra s’assurer que cela ne lui crée pas du stress physique et mental. En cas de brûlure gastriques, œsophagiennes le jeûne ne sera pas conseillé.

Pour les Kapha : jus de légumes, soupes et bouillons seront très bien. Attention aux jus de légumes pour les kapha qui ont également un déséquilibre vata : cela peut nourrir leur vata. En ce cas préférer les soupes/bouillons. Si l’absence de nourriture solide génère du stress, préférer le kitchari.

Les diabétiques ou personnes à risque éviteront les mono-diètes de fruits.

Les aliments choisis seront consommés de la même façon sur la journée (cuit ou cru) sans ajout de matière grasse.

Vous pouvez consommer, toujours selon votre type/déséquilibre : fenouil, céleri, épinard, chou kale/chinois, betterave, blette, artichaut, radis noir, banane, carotte, pomme, raisin, asperge, chou, citrouille/butternut.

Les herbes aromatiques et certaines épices pourront être utilisées en petite quantité comme le curcuma, le cumin, le fenouil, la cannelle, la vanille, le gingembre, le basilic, le poivre noir, la coriandre.

Avant, pendant, après :

Pour les jeûnes ou mono-diètes très courtes (1-2 jours) : la veille ne pas manger de protéines animales (veiller à avoir un apport en végétal), ne pas manger trop lourd la journée et la veille au soir avoir un repas léger. A la fin de la session ne pas consommer de protéines animales.

Si pratique de 3j : même consigne sur le jour avant. Reprise alimentaire sur 48 h : les premières 24h alimentation à base de fruits, légumes, puis le surlendemain alimentation normale, sans viande rouge (laitages, viandes blanches avec modération).

L’hydratation pendant les jeûnes et mono-diète est extrêmement importante car elle permet de stimuler l’évacuation d’ama et la régénération des cellules. Vous devez vous hydratez en plus grande quantité qu’habituellement. Les apports seront chauds/tièdes à base d’eau pure ou de tisanes (mauve, romarin, pissenlit, queue de cerise, aubier de tilleul, reine des prés,…).Conserver une activité physique est importante pour stimuler l’évacuation des déchets. La marche, les étirements doux sont idéals. Profitez du soleil, prenez l’air et n’ayez pas peur de la pluie qui lave tout sur son passage. Les douches, les bains avec le sel d’epsom, les massages (abhyanga, shirodhara, auto-massages avec des huiles végétales seulement ou 1 goutte d’une huile essentielle éventuellement pour l’odeur)vous seront bénéfiques. En cette saison où vata nous joue des tours, nous pouvons réintroduire les graines et les consommer après trempage. Pitta et kapha en prendrons modérément.

Les huiles essentielles de ravintsara, saro et de tea tree peuvent nous être utiles en cas de sensation de refroidissement ou de refroidissement avéré. Disposez une goutte de l’huile choisie à chaque poignet puis frotter. Vous pouvez également déposer une goutte au creux de la gorge et derrière chaque oreille, puis frotter les ailes du nez. L’huile essentielle de gaulthérie peut aussi vous aider à passer une vague de froid sans encombre.

Pour stimuler les défenses immunitaires entre autre vous pouvez tabler sur une cure de gelée royale (française et bio) ou sur de l’extrait de pépin de pamplemousse. Le chyawanprash (« confiture » ayurvédique à commander sur internet) est parfaite aussi.

Le gingembre sec et frais sont à réintroduire pour nous aider à nous réchauffer.

Le lait d’or (cf anciennes publications pour la recette) est également parfait en cette saison.

Recettes du moment :

Pain aux graines (sans farine) :

Augmente la vitalité, hyper énergisant, équilibre le transit, réchauffe.

A consommer avec modération pour les constitutions kapha ou déséquilibres kapha

- 60g de graines de tournesol

- 60g de graines de courge

- 80g de graines de lin

- 30g de graines de chia

- 40g d’amandes

- 40g de noix de cajou

- 150g de flocons d’avoine ou de riz

- 4 cs de psyllium blond

- 1 cs de sirop d’agave ou érable

- 3cs de ghee ou huile de coco

Dans un saladier mélanger les graines, les flocons, le psyllium. Ajouter 1cc de sel de roche. Faire ramollir le ghee ou l’huile de coco avec le sirop choisi au bain marie puis ajouter ce mélange au saladier. Ajouter ensuite 350ml d’eau. Verser l’ensemble dans un moule à cake, laisser reposer 8 à 12h. Préchauffer le four à 170°, enfourner 20min puis enlever le moule et remettre à cuire environ 30 min.

Ensuite régalez vous !

Selon vos envies ajoutez des dattes, figues, abricots à ce mélange

Velouté de brocolis à l’amande blanche : pour 4 personnes

- 600g de brocolis

- 3cs de purée d’amande blanche

- 1/2 cc de sel + poivre noir selon votre goût ou 1/4cc

- 1 poignée d’amandes effilées

Faire blanchir les brocolis 2min puis jeter l’eau (ou la garder pour arroser les plantes!) puis les faire cuire environ 15min dans un peu d’eau (ne pas les recouvrir en totalité), penser à remuer de temps en temps. Faire griller les amandes effilées dans une poêle à sec.

Mettre les brocolis cuits dans un blender avec la moitié de l’eau de cuisson, la purée d’amandes, le sel et le poivre. Mixer puis allonger avec le reste d’eau de cuisson des brocolis selon la texture souhaitée. Versez dans une soupière.

Ajoutez les amandes sur le dessus.

C’est prêt !

Mangez, mais pas trop. Détoxifiez vous, mais en douceur. Sortez mais réchauffez vous. Aimez, mais commencez par vous. Soyez doux et solides à la fois, en un mot gardez l’équilibre !

« Je jeûne pour contrôler mon corps et mon mental. Il me donne la force et la détermination à atteindre l’objectif » Mahatma Gandhi.

« Pour arriver à l’aube, il n’y a pas d’autre chemin que la nuit ». Sagesse amérindienne.

index

Je vous souhaite toute la douceur dont vous avez besoin.

Namasté, Clélia. Octobre 2017

loup 1

Sommeil & Méditation : une

intériorisation de saison !

Partie 1

L’hiver approche à pas feutrés, doucement mais sûrement. La nuit arrive désormais à 18h et instinctivement notre rythme se ralenti, il nous prend des envies de bons plats chauds et de feux de bois accompagnant des livres nourrissants. Peut-être aurez vous envie d’un bain chaud, de massages et/ou d’auto-massages,… Soyez attentif et attentionnés avec vous-même, maintenant se prépare votre régénération intérieure, physique et mentale.

Il est temps d’être pleinement avec vous, dans la seule conscience de vous-même, dans la douceur et le calme des refroidissements de l’hiver. Si l’été se présente comme étant l’accueil de la lumière, l’hiver est quand à lui le moment d’accueillir ce qu’il y a de plus sombre en nous, afin de méditer, comprendre et transmuter cela en une énergie d’amour. Un beau programme en perspective pour lequel il vaut mieux être reposé ! Si vous avez une famille, inutile de les mettre dehors ou de vous exclure ! Nous avons tous les mêmes besoins, donc nous devons tous aller en ce sens.

Évidemment nous aurons tous le réflexe d’attraper une écharpe, un bonnet et un pull bien chaud. Les soupes feront aussi leur réapparitions facilement, pensez aux épices, aux compotées de fruits/épices, au kitchari, au porridge, aux tisanes. Le régime anti Vata, en accord avec votre constitution, est adapté. Attention à ne pas nourrir kapha de manière exagérée, le tout est de trouver l’équilibre entre la pacification de vata et les éventuels mucus causés par kapha. En résumé, manger chaud, se faire plaisir oui mais abuser des raclettes et autres tartiflettes non ! Ne dites pas non à tout et à toutes vos invitations pour autant. La convivialité, partager un repas est important pour l’équilibre psychique. Sachez tout de même qu’associer viande/charcuterie + fromage = AMA (toxines) ++++ !!! Du fromage à raclette et des légumes c’est bien aussi ! D’une manière générale, le fromage est bien trop kaphaïsant. Vous pouvez le réintroduire modérément le midi, selon ce qui convient à votre type. Pour ceux qui font sans les produits laitiers, augmentez un peu votre consommation en oléagineux, laits, crèmes végétales. Si vous les consommez tels quel, faites les tremper la nuit pour les consommer au matin.

Préparez vous un douillet intérieur dans tous les sens du terme !

cocon-papillon

Chaleur, douceur, tendresse, calme, repos, osez être en lien avec votre corps sans culpabilité, osez la paix. Une série de massages vous aidera dans cette étape, ce qui ne vous empêche pas de vous en faire vous-même au quotidien.

Un yoga doux, des étirements, échauffements aideront également à préserver une juste circulation des énergies et des fluides corporels.

Tout ça, c’est très bien me direz vous, mais qu’en est-il du coup de blues, de la baisse de moral qui peut être un frein à toute la douceur et la chaleur requise en cette période ? Qu’en est-il des insomnies qui peuvent y être associées ? Que faire de toute cette grisaille, comment la dépasser ?

La qualité de sommeil, la médiation vont être des éléments clés.

Le sommeil en Ayurveda

Aujourd’hui il est bel et bien reconnu que manquer de sommeil favorise les risques cardio-vasculaire, la dégénérescence des fonctions cognitives, affaibli le système immunitaire et accélère le vieillissement. A titre informatif, il semblerait que Ojas (l’énergie vitale, la résultante du métabolisme de tout ce que nous vivons/ingérons) ne serait produit qu’en première partie de la nuit.

Toutes les constitutions peuvent souffrir de troubles du sommeil. Un déséquilibre vata en est la cause, parfois cela peut-être dû à pitta mais vata reste le dosha à choyer.

Le sommeil est l’un des 3 piliers de la santé selon l’Ayurveda, il est essentiel pour notre santé qu’il soit suffisant et de bonne qualité.

Un sommeil satisfaisant en ayurveda se fait grâce à un coucher tôt. En effet le repos avant minuit est le plus réparateur, régénérant pour le corps. De plus le foie se nettoie de 22h à 2h. Là encore, notre corps nous demande d’être en lien avec le rythme de la nature. Ainsi se coucher vers 22h en Ayurveda, c’est déjà se coucher tard !

6 à 9h de sommeil par nuit est nécessaire, selon la constitution. Les types vata dormiront moins que les pitta et les pitta dorment moins que les kapha.Mais tous doivent se lever avant les heures kapha.

Les doshas rythment les saisons et ils influencent aussi les journées, je vous en avais déjà parlé mais voici un petit rappel (pour un plus grand rappel allez voir l’article sur la dinacharia) :

doshas-journee-dinacharya

Kapha est une énergie lourde, qui aide à l’endormissement en apportant de la relaxation. Le soir, il est bien d’avoir des activités calmes et sereines. La télévision, l’ordinateur, les lectures trop intenses, ce qui amènent à trop de réflexion ou d’excitation après 21h, ne sera pas favorable au sommeil. Pitta est au contraire une énergie mobile et le soir ce pitta se réveille afin de nettoyer notre organisme, mais l’ensemble du corps est censé être au repos. Respecter ces cycles tient à respecter la dinacharia (routine quotidienne, cf anciennes publications). Pour notre plus grand bien.

Pour les types vata en équilibre, s’endormir à 22h et se lever à 4/5h est donc satisfaisant. Cela ne sera pas vrai pour un pitta et encore moins pour un kapha ! Ceci est également valable pour les enfants bien qu’ils aient besoin de plus de sommeil de part leur âge. Plus nous vieillissons, l’âge vata avançant, moins nous dormons.

Ainsi vous allez vous retrouver avec suffisamment de temps le matin pour vos pratiques quotidiennes ! Quelle heureuse nouvelle, à vous les méditations et autres étirements et activités physiques au petit matin. En Inde, les matins sont dynamiques et familiaux. Tout le monde se promène, fait une activité physique, seul ou en famille, sans aucune retenue ! Ceci avant l’école ou le travail.

Chez nous il n’est pas rare d’entendre une personne qui s’est levé tard dans la matinée dire qu’elle se sent encore fatiguée ou encore qu’elle n’est pas du matin tout en baillant allègrement ! Cela est dû au fait que se lever aux heures kapha donne à la journée cette énergie de base. Se lever pendant le cycle vata favorisera l’action et le mouvement dans votre journée. Toutefois attention à ne pas faire trop d’activité physique car cela aura tendance à entretenir le déséquilibre vata et/ou pitta.

En cas de soucis majeur, nous pouvons tous avoir un sommeil peu satisfaisant. Le lâcher prise sur la situation posant problème peut alors se faire de diverses manières : exercices de respiration, méditation, visualisation du problème s’éloignant de nous ou encore imaginer que l’on coupe les liens que nous avons avec elle,…

En cas d’insomnies chroniques, bien souvent le problème de base a été occulté, oublié, en tous cas il est bien enfoui. A ce moment là travailler physiquement sur vata sera essentiel car le manque de sommeil entraîne une augmentation de vata qui de part le fait entraîne des difficultés à se reposer,…

Les oléations externes en auto-massages et en massages seront importantes, avant le coucher ou en arrivant chez vous. Une douche chaude en arrivant sera bénéfique. Les vata pourront faire les oléations après la douche, les autres avant. Vous pouvez aussi faire un bain de pieds au sel d’epsom. Le shirodhara sera très indiqué. Tous les jours, vous pouvez vous masser les pieds, le sommet du crâne et le ventre (dans le sens horaire) avec de l’huile de sésame et/ou du ghee (surtout pour les pieds). Il faut poser cet excès de vata, le ramener à la terre. Les balades, randonnées, le jardinage ou le travail dans votre lieu de vie vous aidera. Après le dîner n’hésitez pas à aller faire quelques pas si le temps le permet.

Il est bon de noter à quelle heure vous avez tendance à vous réveiller sans pouvoir vous rendormir si tel est le problème. En effet, selon l’heure, un travail sur un dosha en particulier devra être fait. Mais quoi qu’il en soit, si vous souffrez d’un mauvais sommeil, travailler sur vata ne sera jamais un tord.

L’alimentation, un des 3 piliers de la santé, doit être adaptée à votre constitution mais en prenant compte de ce déséquilibre vata. Ainsi d’une manière générale l’alimentation devra être chaude, onctueuse et l’hydratation devra être suffisante (1l à 1,5 en hiver, de tisanes ou eau chaude/tiède selon les types). Les biscottes, croustis en tous genre, les crudités, le café, l’alcool, les charcuteries, les viandes rouges seront déconseillés. En ce qui concerne les légumes, les wok sont de bons compromis en été car l’aliment est chaud mais reste croquant.

Une fois la journée de travail ou d’activités finie, le repas du soir est pris entre 18 et 19h. Ce repas sera chaud et léger pour tous. Néanmoins, il doit être en quantité suffisante afin d’éviter les réveils par la faim. Par exemple du riz basmati blanc avec une soupe et des fruits cuits. Les types kapha qui auraient des insomnies pourront ne manger qu’une soupe avec une compotée de fruits aux épices douces par exemple, mais ajouter le riz blanc dans un premier temps sera tout aussi valable.

Pour tous, veillez à avoir un apport protéique (soja, légumineuses avec les épices et/ou algue appropriées pour contrer le vata qu’elle apportent).

Puis ralentissez le rythme, musique douce et lectures simples sont de mise. L’auto-massage, les exercices de respiration, la méditation vous aideront à vous apaiser.

La tisane du soir sera prise 15 min après le repas ou avant. La prendre trop tard peut entraîner des réveils pour aller aux toilettes alors faites selon vous. Optez pour de la mélisse, de la camomille, du coquelicot, de l’aubépine, de la fleur d’oranger, de la passiflore, du tilleul, de la valériane par exemple. Vous pouvez les mélanger.

Pour les consommateurs de produits laitiers, après s’être assuré que cela est bon pour votre organisme, vous pouvez également boire une tasse de lait bouilli avec une cuillère de miel (à ajouter lorsque le lait a refroidi uniquement). Vous pouvez incorporer de la cannelle lors de la cuisson ou bien de la muscade, cardamome ou gingembre selon votre constitution. Les fromages se prendront le midi uniquement.

Le lait d’or, s’il est facilement digéré peut également se boire le soir. Ajoutez alors de la noix de muscade, cardamome ou gingembre selon votre type (vata, pitta, kapha).

Un vata déséquilibré se travaille avec tout son contraire, c’est à dire de la chaleur, des oléations, de la régularité (dinacharia) avec 3 repas par jour, du calme et un régime alimentaire adapté. Dans certains cas il pourra être conseillé de prendre du triphala, du brahmi ou de la centella asiatica selon ce qui est disponible.

Les siestes en journées seront dans tous les cas courtes, surtout en hiver (15min), en été le maximum sera de 30/45min.

Une personne qui a de très grandes difficultés à dormir la nuit suivra ces mêmes conseils afin d’habituer son organisme. Le suivi avec un professionnel sera important afin qu’il évalue la situation.

Les séances de reiki peuvent être très complémentaires des massages et autres soins afin d’aider à retrouver un bon sommeil.

Orienter la tête de lit à l’est serait le plus favorable à un bon sommeil. Bien dormir, c’est aussi bien se réveiller. L’ensemble amène toutes les énergies positives et nécessaires au bon déroulement d’une journée. Essayez !

« Un bon sommeil apporte bonheur, nourrit le corps, procure force et vitalité, donne la connaissance et la vie. » – Charaka Samhita

Afin de bien dormir, tout doit être bien digéré au niveau physique avec ce que nous venons de voir, mais aussi au niveau mental. Ainsi, je vous ai parlé de méditation, mais qu’est-ce que méditer ? Comment pratiquer ? Je vous détaillerai ceci le mois prochain !

En attendant, voici de quoi vous réchauffer raisonnablement :

Recette du moment :

Avant tout, voici quelques ingrédients de saison avec leurs indications ayurvédique, ce qui pourra vous aidez dans votre choix :

  • Artichaut : V+PK-, saveur neutre-douce et astringente, frais

  • Blette : V+PK-, saveur astringente et amère, frais

  • Betterave rouge : V-KP+, saveur neutre-douce, chaud

  • Brocoli :  V+PK-, saveur astringente et neutre-douce, frais

  • Carotte : VK- P+, saveur neutre-douce et piquante, chaud

  • Céleri : PK-V+, saveur astringente, neutre-douce et salée, frais

  • Céleri branche :  PK-V+, saveur astringente, neutre-douce et salée, frais

  • Champignon : PK-V+, saveur neutre-douce et astringente, frais

  • Chou blanc : PK-V+, saveur astringente et neutre-douce, frais

  • Chou de Bruxelles : PK-V+, saveur astringente et neutre-douce, frais

  • Chou frisé : PK-V+, saveur astringente et neutre-douce, frais

  • Chou rouge : PK-V+, saveur astringente et neutre-douce, frais

  • Chou chinois : PK-V+, saveur astringente et neutre-douce, frais

  • Chou-fleur : PK-V+, saveur astringente et neutre-douce, frais

  • Chou-rave : PK-V+, saveur astringente et neutre-douce, frais

  • Citrouille : PV-K+, saveur neutre-douce, frais

  • Courge : PV-K+, saveur neutre-douce, frais

  • Cresson : PK-V+, saveur astringente et amère, frais

  • Endive : PK-V+, saveur neutre-douce et amère, frais

  • Epinard : PK-V+, saveur astringente et amère, frais

  • Fenouil : PK-V+, saveur neutre-douce et astringente, frais

  • Navet : PK-V+, saveur astringente et amère, frais

  • Oignon : VK-P+, saveur neutre-douce et piquante, chaud

  • Panais : VP-K+, saveur neutre-douce et piquante, chaud

  • Poireau : VK-P+, saveur piquante et neutre-douce, chaud

  • Pomme de terre : KP-V+, saveur astringente et neutre-douce, frais

  • Potimarron : VP-K+ saveur neutre-douce, chaud

  • Potiron : VP-K+ saveur neutre-douce, chaud

  • Topinambour : VP-K+, saveur neutre-douce, frais

Malgré cela, n’oubliez pas que les épices contre-balancent ces propriétés. Par exemple les légumineuses, les choux cuits avec du gingembre, de la coriandre, du cumin, de l’asa-foetida ou des algues kombu seront alors tolérés pour vata. Rajoutez un filet d’huile ou du ghee dans votre assiette et ce sera parfait.

Soupe de betterave : Riche en potassium et en magnésium

Faire cuire au four ou à l’eau (conserver l’eau de cuisson) 4 betteraves. Dans une poêle faites revenir (dans du ghee, de l’huile de sésame ou de coco selon votre type) 2 cm de gingembre frais (quantité à adapter selon votre gôut), du crucuma frais (2 petites racines par exemple), 1 échalotte, 1 petite gousse d’ail. Ajoutez une pomme coupée en quartiers, salez et poivrez (poivre noir). Ajoutez l’ensemble aux betteraves cuites avec leur eau de cuisson. Salez et poivrez l’ensemble, cuire le tout dans 1l environ. Mixez ou passez au blender, rectifez l’assaisonnement. Ajoutez une pointe de crème végétale ou non selon vous et régalez vous !

FB_IMG_1508871951161

corbeaua2ba6d9ebe03670361cf5ad60329489c--goddess-art-native-art

 Aucun de mes mot est assez doux et assez lumineux pour vous souhaiter de bien vous ancrer, vous développer et vous épanouir dans votre cocon, mais avec tout ceci je pense que vous avez saisi l’idée…

loup 2

Profitez bien de vous, Namasté !

Clélia. Novembre 2017.

bab419f73a478264063a0cc40a753717

Osez vous rencontrer, vous aimer. Libérez-vous, ouvrez-vous, en un mot : MÉDITEZ !

35364212

Quelle période pourrait être plus appropriée que celle-ci afin de vous parler de méditation ? Ici les mots méditation Vipassana, Transcendantale, Pleine Conscience ou Zazen ne seront pas prononcés ! À mon sens, l’essentiel n’est pas « la technique utilisée » mais plutôt ce qui est vécu, ressenti. Je vous laisserai ensuite aller vers ce qui vous est le plus adapté en ce moment. Si vous avez besoin de détail concernant ces diverses méditations faites le moi savoir ! 

La nouvelle lune, Noël, la neige… Autant d’éléments qui nous poussent vers notre intériorité. Une période très chargée, pour tous, connectés ou non ! Les moins branchés iront courir les magasins tandis que les autres se reconnecteront à leur enfant intérieur afin de se préparer à renaître une nouvelle fois.

J’ai pendant longtemps ressenti cet appel de « moi-même en moi-même » en cette fin d’année, sans pour autant vraiment le comprendre. Bien avant les cadeaux par milliers, Noël annonce un nouveau né. Quelle que soit notre religion ou notre non-religion, cela nous concerne tous. En effet, les traditionnels cadeaux ne sont pas réservés aux croyants, merci aux géants de la consommation pour cet effet bœuf ! Bien difficile de passer à côté même sans télé ou radio ! Un mal pour un bien si l’on sait pourquoi l’on consomme et comment le faire, à mon sens en tous cas.

Alors prenons 2 minutes pour faire le point sur tout ça !

24174726_1645290168863812_2152207609659094170_n 918a9859bd046574bdcee3ea7b52bf19--howling-wolf-tattoo-wolf-howling

Tout d’abord, j’ai parlé de nouvelle lune. J’en ai déjà parlé dans un ancien post, en résumé disons que le cycle lunaire avec lequel nous sommes biologiquement et donc énergétiquement relié, commence à la nouvelle lune. Elle se renouvelle chaque mois (le 18 décembre ce mois-ci) et avec elle, il est bien de poser des intentions. Ainsi, prenez 2 fois 5 minutes (ou bien plus !) pour remercier l’Univers, faire le point sur le mois passé, nos avancées, nos difficultés, ce qui permettra le lendemain de la nouvelle lune de reposer des intentions pour le mois à venir. Ces intentions peuvent être simplement reformulées, par rapport au mois dernier ou totalement changées, faites selon vous. Dans tous les cas, accompagnez ce moment méditatif du soir de la nouvelle lune d’une demande de purification pour vous, mais aussi sur votre environnement. Sauge (blanche de préférence, à défaut officinale), Palo Santo seront vos meilleurs alliés bien que tous les encens et bougies soient les bienvenus.

Cela vous permettra de prendre conscience de ce qui est accompli, reste à faire et vous aidera à rester dans votre axe. C’est fait ? Bravo, vous venez de méditer !

enfant11 enfant-interieur

Dans une société où malheureusement les religions font bien plus peur qu’elles ne rassurent et offrent une voie de développement spirituel, il est très indélicat d’associer Noël au Christianisme… ! Bref… ! Rassurez-vous, je ne vais pas vous dire d’aller à la messe de minuit, de lire la Bible ou tout autre écrit religieux qui serait tout aussi positif en dehors de toute déformation d’interprétation humaine… Je souhaite simplement mettre en conscience ce qui ce joue à cette période. Jésus, s’il est le symbole de l’humanité, avec sa joie de vivre, son amour pour la vie, n’en n’est pas moins également le symbole du renoncement. Cela dans le but de franchir un palier, de s’élever, d’être bien plus qu’incarné et humain : renouer avec le Divin. C’est ce que j’appelle se retirer de soi-même en soi-même, renoncer au soi afin d’atteindre l’unité, la conscience absolue. Alors bien-sûr, chacun ses croyances, mais à mon sens, lorsque l’on parle de méditation, c’est que l’on est prêt à franchir des paliers afin de se rapprocher du Divin. Cela nécessite alors de se retirer de soi-même en soi-même, de toucher du doigt l’unité et de s’ouvrir à l’infini… Alors donnez au Divin le nom que vous voulez, parlez aux Anges, au Divin, à la Pachamama (notre Terre-Mère), à la Lune, aux éléments, à Jésus, à Dieu, à l’Amour … As you want ! Au cas où vous seriez totalement athéiste ou agnosique, concentrez vous sur cette énergie d’amour qui se manifeste, enlevez Jésus dans le texte et considérez simplement le cheminement.

Reprenons, Noël est entièrement relié à Jésus et à sa naissance. S’il représente l’humanité et ce à quoi nous devons travailler, sa naissance nous ramène également à nous-même et à nos enfants intérieurs. Souvent mal accompagnés, guéris, chéris tout au long de l’année, ils nous appellent en cette période et nécessitent toute notre attention. Personne d’autre que nous-même n’a à s’en préoccuper. Ainsi, à cette période où une énergie d’amour est palpable dans l’atmosphère, prenons soin d’eux. Sachez écoutez leurs joies, leurs tristesses, mais aussi leurs espoirs. Faites le point sur tout l’Amour qui vous a été donné, sur ce que vous avez donnez et sur ce que vous voulez vivre en cette nouvelle année. En méditant là-dessus, portez votre attention sur votre petite fille ou sur votre petit garçon intérieur. Où en est-il, se sent-il délaissé, oublié, blessé ? Profitez de cette énergie d’amour pour le choyer et le guérir. Emmenez l’énergie là où il ou elle a besoin qu’elle soit. Bercez cet enfant intérieur, rassurez-le, vous êtes là pour lui. Entrez grâce à cela dans cet Amour, dans cette unité qui domine en ce moment et grandissez avec lui.

Ainsi, aimez vibrer à la vue des lumières, des étoiles et du cœur des autres.

hand-in-gods-hand

La neige a quand à elle un côté magique ! Notre enfant intérieur se réjouit à sa vue, l’adulte bien souvent s’inquiète sur l’état des routes, le matériel non adéquat,… Elle est si pure, si froide et pourtant si vivante. Elle nettoie, purifie, nous pousse en notre intériorité encore un peu plus. Il n’est pas rare de voir le goudron craqueler et il nécessite alors une certaine réparation après son passage. Alors demandons nous ce qu’il reste de nous après son passage, ce qui est à réparer, à faire grandir. Et remercions la pour sa venue.

wolf-2018051_960_720

Encens, bougies et environnement favorable sont de très bons points de départ afin de méditer. Mais ils ne sont pas indispensable, bien évidemment ! Méditer qu’est-ce que cela veut dire au fond ? Et quel lien avec l’Ayurveda ?

 

Comme vous le savez probablement, la médecine Ayurvédique considère l’être humain comme un ensemble de 5 couches (5 koshas). Ces couches sont reliées à des plans physique mais pas que. Le spirituel, l’âme, l’esprit sont également considérés. La méditation nous permet d’agir directement sur ces plans là avant d’agir profondément sur notre corps, tout comme l’alimentation nous permet d’agir directement sur notre corps avant d’agir à un niveau plus subtil. Mais tout est unité, UN, donc rien n’est séparable. Tout est inter-relié. La santé du corps passe par la santé de l’esprit et inversement.

Qu’est-ce que méditer si ce n’est se connecter au Divin, renoncer à soi afin d’être connecté au Tout et d’ainsi s’ouvrir à l’Amour et le propager en nous puis en dehors de nous ?

En Ayurveda, la méditation, les mantras sont autant conseillés que telle ou telle plante ou aliment.

Faites en l’expérience et vous ne pourrez pas renier son effet sur votre organisme.

En cas de problème de santé, vous pouvez amener la lumière, l’énergie, l’amour, sur l’organe ou la partie du corps qui en a besoin. Tout est possible en méditation. Osez avancer en vous.

L’Ayurveda permet de rester ancré tout en « voyageant » dans toutes les dimensions. Les émotions, les traumatismes marquent le corps, la méditation permet alors de ramener la paix et l’harmonie.

Méditer 5 min par jour, ce n’est pas 5 min de perdues sans votre entourage mais bien au contraire, pensez à la vraie présence que vous serez pour eux après avoir pris conscience de vous et de toute cette lumière d’Amour !

images-meditation-21

Bien sûr, au début lorsque vous voudrez prendre ce temps, votre mental aura du mal à se taire et à ne pas vous faire penser au dossier en retard ou à la liste de courses ! Méditer, ce n’est pas penser à rien mais plutôt BIEN penser à TOUT ! Gardez en vue cette lumière, cet Amour, ce à quoi vous souhaitez vous relier et les pensées parasites s’en iront d’elles même. Si besoin amenez votre pensée vers votre souffle, faites quelques exercices de respiration simples, récitez des prières, mantra ou formulez simplement vos intentions, allez prendre l’air et connectez vous aux plantes, aux arbres, à tout ce qui vous parle afin de vous relier au Tout ou encore allez danser, bougez et ressentez l’harmonie, faites vous masser, recevez du Reiki… Parfois un objet peut aider à amener et garder la conscience là où elle doit être (pierre, bougie, objet personnel,…). Il n’y a pas une seule façon de méditer mais il y a différentes façons de vivre la méditation. Si avec tout ça vous ne trouvez pas ce qu’il vous convient appelez-moi ! La méditation est à la portée de tous, nul besoin d’être un Yogi accompli pour se lancer, bien au contraire !

Méditez et vous serez moins enclins au stress, à l’anxiété, au troubles du sommeil et à tout ce qu’il provoque… Liste vraiment non exhaustive mais mettez y tous vos problèmes et la plupart s’en iront grâce à cette pratique! Cela vous amènera en revanche plus de joie, d’amour, de confiance en vous, en la vie et cela boostera votre système immunitaire… Entre autre !

 

Méditez quelques minutes par jour puis rallongez le temps. A terme, méditez en chaque instant, en vivant l’instant. Agir en conscience, au quotidien et à chaque minute, c’est méditer. Nul besoin de cours, de méditation guidées tous les jours ! Soyez simplement en vous le plus souvent possible, afin de faire naître le meilleur encore et encore.

dd4b21b4a6a2cea6af39d77a636428d1--dire-radio

Courrez vos proches et non pas les boutiques. Amenez leur du chocolat, du pain d’épices ou d’autres mets délicieux au palais mais largement contre-indiqués en Ayurveda ! Ou optez pour de non moins délicieux mets mais bien plus équilibrés… Dans tous les cas, réjouissez vos enfants intérieur, ils sont Rois en cette époque.

Mais surtout, soyez prêt à renaître à vous-même, à vivre l’Amour. Profitez de vos proches, amis, famille et de tout(s) ce(ux) qui vous entoure(nt). Les enfants intérieurs une fois guéris s’émerveilleront toujours de tout, mais n’auront plus besoin de rien…

 

En attendant vous pourrez toujours faire la recette du moment !

Croquant au Sésame :

200g de graines de sésame, les faire torréfier puis ajouter 100g de sucre et le jus d’un demi citron. Lorsque le mélange est coloré, le retirer du feu, attendre un peu qu’il tiédisse puis ajouter 50g de miel. Bien mélanger et étaler en une couche fine selon votre souhait, sur du papier cuisson et sur la plaque du four par exemple. Régalez-vous !

 

« Nous pouvons risquer la traversée de la solitude ou nous pouvons oser l’intimité avec celui ou celle qui est là, avec toutes ses différences et tous les espaces difficiles que la relation nous fait approcher. » Brigitte Chavas.

 

Je vous souhaite à tous, du plus profond de mon cœur et de mon âme, de passer de très belles fêtes de fin année… En conscience de ce qu’il y a en vous de plus sacré.

Clélia. Décembre 2017

d56c0671e7e172e8b31eefd41d83623b a24a112860dff38b60e4ad13810240bc

FEVRIER 2017, ça y’est, c’est la rentrée ! Pondichéry, c’est fini !

En tous cas il s’agit bel et bien de ma rentrée ! Un nouveau voyage, de nouvelles expériences et apprentissages, d’autres portes qui s’ouvrent et surtout de belles nouvelles rencontres, d’âmes à âmes… Que la vie est grande ! Malgré toute ma bonne volonté je crois que je ne pourrai jamais exprimer toute la gratitude qui emplie mon cœur. Je ferai tout pour vous transmettre cet amour universel qui m’anime et me fait avancer vers l’Humain, un peu plus chaque jour.

Ma route m’a menée en Inde à plusieurs reprises ces 2 dernières années. Nos choix, nos expériences nous élèvent et nous font avancer. En Inde faire sa propre route, créer sa propre expérience est une évidence. Tout nous pousse dans cette direction. Mon parcours est donc celui ci : Pour commencer, voyage dans le Kerala à visée touristique en février 2015. J’ai ensuite choisi de repartir en Inde pour apprendre un protocole de massage abhyanga avec Ajit Sarkar âgé environ de 80 ans en décembre 2015. Lui et sa femme Selvie ont grandi dans un ashram. Ils ont bénéficiés de l’enseignement de Mère et de Sri Aurobindo. Ils furent les premiers enseignants dans le ashram de Sri Aurobindo. Des vies plus que bien remplies d’amour que l’on ressent à chaque instant dans leur pédagogie. Avec Selvie nous avons tous les matins une séance de yoga de 7h à 8h30, comprenant méditation, relaxation, pranayama, asanas doux et salutations au soleil (moins doux !). Puis après les cours théoriques et pratiques s’enchaînent.

Je suis revenue de Pondichéry l’an dernier avec un massage abhyanga mêlant diverses techniques et en toute logique je ne voyais pas avec qui approfondir ces apprentissages déjà si complets. Cette année je suis retournée vers eux pour étudier la marmathérapie. Ajit est un bon spécialiste en la matière ! Donc retour à Pondi ! Même rythme de cours. Une première semaine très intense mêlant soins reçus et soins donnés. Marmas activés ! Dur pour certains… Parfois douloureux pour moi ! Cela nous a tous bien fatigué car bien que nous soyons thérapeutes pour la plupart, nous ne sommes pas encore tout à fait parfaitement en équilibre ! Pizzichil, udvartana, shirodhara, pochons aux herbes médicinales et une autre technique de massage nous ont été transmis. Tout cela pour nous mener doucement vers la marmathérapie. Ajit a regroupé des marmas selon telle ou telle pathologie et nous avons passé le reste du temps à les découvrir, à les ressentir et à les mémoriser.

Un nouvel outil de soin est à présent entre mes doigts et cette année a pour objectif de développer cela. Encore un stage prévu en juin (mais en France cette fois ci qui comportera également l’étude des pouls). Et puis qui sait où mon avenir me portera ou du moins qui sait quels seront mes choix à venir!

Entre ces semaines de cours quelques collègues et moi avions décidés de partir en week-end dans la ville de Ramana Manarchi, c’est à dire Tiruvannamalai, à 2h30 de route de Pondichéry. J’ai assisté aux chants védiques ainsi qu’à la puja dans le ashram. Je suis allée visiter le grand temple, guidée de 2 adolescents indiens trouvés en chemin ! Puis le dimanche matin nous sommes partis »escalader » la montagne sacrée (marcher ne suffit pas en ce lieu !). C’est donc très bien équipée de tongs que j’ai gravi les 600m de dénivelés ! Petite glissade à la clé mais rien de mal! Au sommet vit un yogi depuis plus de 22 ans. Il nous a accueilli, nous a offert un chaï dans une noix de coco (personne n’a été malade suite à cela, sans doute car il s’agit d’une boisson bénie des Dieux et de Shiva plus particulièrement !).

La vue que nous avions au sommet était formidable. Après avoir bu le chaï le yogi nous a chanté des mantras. Ce moment inoubliable n’a pas de prix. Ou du moins si, il se paye de quelques courbatures et ampoules… Surtout quand les dites tongs lâchent 2 mètres après avoir entamé la descente !! C’est ainsi que sans l’avoir décidé consciemment, j’ai fini par faire corps avec la montagne. Non sans peine et sans mal aux pieds j’ai descendu cette sacrée montagne pieds nus puis avec une paire de chaussettes qui m’ont été gentiment prêtées ! Les rochers tantôt glissants tantôt coupants ne me laissaient guère d’autre choix que d’être là, toute présente à cette action. Ce fut un excellent karma yoga ! Et au final, ce fut très plaisant!

Il s’en est passé des choses sur cette montagne. Autant dans l’ascension que dans la descente. J’ai fais des parallèles avec ma vie, ses embûches, ses souffrances et ma volonté d’aller plus loin, de toujours avancer. Et puis les personnes que l’on croise, qui nous soutiennent et que l’on aide aussi sur cette route parfois chaotique et dont on se souvient… Quand je souffre l’autre m’aide et quand l’autre souffre je suis présente. Ainsi va ma vie. Nous ne sommes jamais seuls. Bien que dans l’effort et les douleurs nous ne le voyions pas toujours de cette manière, n’oublions pas que nous sommes un et que de par ce fait nous avançons ensemble. Tout seul nous allons plus vite, à deux nous allons plus loin !

Que d’aventures sur cette montagne. Que d’ouvertures. Lorsque cette tranche de vie a débutée il y a 2 ans, plusieurs amis m’ont dit que je reviendrai de ce pays changée. C’était vrai. Tout a été progressif, doucement, pas à pas. L’ayurveda et l’Inde peuvent être doux, mais pas que. Puis tout s’est accéléré ! Aujourd’hui je peux être là à 200%, pour moi et pour vous. Et ce n’est que le début! L’Inde de par cette branche que j’ai choisie sera omniprésente dans ma vie, mais plus le temps passe et je plus je sens qu’elle est également là, dans mon coeur. Krishna, Vishnu, Shiva et tous les autres n’y sont pas pour rien, même si l’Hindouisme reste bien trop complexe pour moi!! Ce que je retient de tout cela ? La misère, la poussière, les odeurs, les couleurs, les rires,… L’amour !

Merci de m’avoir lue, je vous laisse avec ce petit texte plus proche de mes racines.

NAMASTE !!

Clélia.

« Puisse le soleil t’apporter une nouvelle énergie chaque jour.
Puisse la lune doucement te soigner chaque nuit.
Puisse la pluie te nettoyer de tes soucis.
Puisse la brise nourrir ton être d’une force nouvelle.
Puisse tes pas doucement traverser la monde et découvrir sa beauté, chaque jour de ta vie… »
Proverbe Apache